Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

Rothschild va conseiller le Tchad face à la société Glencore


Alwihda Info | Par Agence de presse Xinhua - 12 Juillet 2017 modifié le 12 Juillet 2017 - 00:53

"À ce jour les cabinets commis ont défini les objectifs et arrêté les options de renégociation", a précisé M. Christian George Diguimbaye qui s'exprimait devant l'Assemblée nationale lors de l'adoption de la loi de finances rectificative 2017.


Rothschild va conseiller le Tchad face à la société Glencore
Le Tchad a engagé deux cabinets de renom, la Banque Rothschild comme conseil financier depuis le 10 mai 2017, et le cabinet Cleary Gottlieb comme conseil juridique depuis le 18 mai 2017 pour renégocier des termes du contrat de prêt et de commercialisation du pétrole brut tchadien par la société Glencore, a déclaré lundi son ministre des Finances et du Budget, Christian George Diguimbaye.

"À ce jour les cabinets commis ont défini les objectifs et arrêté les options de renégociation", a précisé M. Christian George Diguimbaye qui s'exprimait devant l'Assemblée nationale lors de l'adoption de la loi de finances rectificative 2017.

En 2013, le gouvernement tchadien a contracté un emprunt de 1,3 milliard de dollars américains auprès de la transnationale suisse des matières premières, pour reprendre les intérêts de Chevron dans le consortium (Esso-Chevron-Petronas) qui exploite le pétrole de Doba, au sud du pays.

Le Tchad attend un gain de 108 milliards FCFA de la renégociation de ce contrat, a affirmé le ministre des Finances qui a ajouté que la première négociation avec Glencore est une erreur du gouvernement. "Sa renégociation est impérative", a-t-il insisté.

Fin juin, le président tchadien Idriss Déby Itno avait lui-même reconnu que "le prêt obtenu de Glencore était une démarche irresponsable (...), un marché de dupes". Il a même dénoncé un "délit d'initiés, car deux semaines après que nous ayons acheté les 25% de Chevron, le pétrole a chuté de 100 dollars le baril à 40 dollars".