Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REPORTAGE

SIMATRAC, Une société qui œuvre pour un avenir agricole meilleur au Tchad


Alwihda Info | Par Alwihda Info - 20 Janvier 2011 modifié le 20 Janvier 2011 - 15:57


Deux tracteurs devant le stand de la SIMATRAC lors de l'exposition "N'Djamena Expo". /Photo E.N/Alwihda
Deux tracteurs devant le stand de la SIMATRAC lors de l'exposition "N'Djamena Expo". /Photo E.N/Alwihda
La Société Industrielle de Matériel Agricole et Assemblage de Tracteurs (SIMATRAC) a été créée le 26 Avril 2010 en République du Tchad. Alwihda Actualités est allé à la rencontre des responsables de cette société anonyme à caractère administratif et public. Le Directeur Général, Yamtébaye Nadjitangar nous retrace un temps soit peu le parcours et la vision de cette entreprise publique qu’il dirige depuis Décembre dernier.

Selon M. Yamtébaye Nadjitangar, la société a été d’abord dans un premier temps mise en place et inaugurée par le Chef de l’Etat Idriss Déby Itno le 30 novembre 2009. Il a fallu quatre mois plus tard précisément le 26 Avril 2010 pour qu’une assemblée générale constitutive ait créé et donné l’appellation SIMATRAC à ladite société.

De l’avis du DG, la SIMATRAC s’est fixée plusieurs objectifs à savoir : la production de matériels agricoles tels que l’assemblage, le montage de tracteurs ainsi que leurs équipements ; la fabrication des pièces détachées de tracteurs ; la fabrication des charrues et charrettes ; la fabrication avec utilisation manuelle ou avec l’attelage ; les opérations industrielles se rapportant au commerce à caractère agricole, au sens le plus étendu, soit directement ou indirectement, tant en fournitures que prestations y attachées ; la participation de la société, par tous moyens et sous quelques formes que ce soit, à toutes entreprises et toutes sociétés crées ou à créer ; la participation directe ou indirecte de la société à toutes activités ou opérations industrielles, commerciales, financières, mobilières, immobilières, sous quelque forme que ce soit, dès lors que ces activités ou opérations peuvent se rattacher directement ou indirectement à l’objet social ou à tous objets similaires, connexes ou complémentaires. Plus généralement toutes opérations économiques entrant dans l’objet social ou susceptibles d’en favoriser le développement.

Yamtébaye Nadjitangar, Directeur Général de la SIMATRAC /Photo Alwihda
Yamtébaye Nadjitangar, Directeur Général de la SIMATRAC /Photo Alwihda

Pour le Directeur Général, la société fait la fierté nationale. « Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui affirment  être au courant de son existence ; les gens savent que nous fabriquons des tracteurs au Tchad. Ils sont distribués un peu partout  dans le pays, nous les trouvons au Nord, Sud, Est et à l’Ouest », informe-t-il.

 

Parlant du nombre de tracteurs produits, M. Yamtébaye Nadjitangar indique qu’au lancement de la SIMATRAC, l’entreprise en avait produit 41. Depuis sa création, en moins d’un an, son entreprise en est au 171ème ; Ces tracteurs sont déjà disponibles et fonctionnel.

 

Le DG soutient que cette structure est une entreprise d’avenir. Tel que l’on peut le voir depuis les années 62-63 et malgré l’introduction de la charrue, la production agricole est restée très basse.

 

« Chacun produit juste pour sa consommation. La vision du Chef de l’Etat dans le cadre de la sécurité alimentaire est de produire en grande quantité pour tout le pays, et non pour soi ou sa famille. Si aujourd’hui le monde agricole disposait de moyens mécaniques et modernes, la production augmenterait considérablement », estime M. Nadjitangar.

 

Il  a conclu que les deux axes principaux pour le développement sont l’agriculture et l’élevage tel que l’affirmait le Président de la République dans l’un de ses discours.

 


le Directeur Technique de l’entreprise, Alladoum Fidel / Photo Alwihda
le Directeur Technique de l’entreprise, Alladoum Fidel / Photo Alwihda
Pour sa part, le Directeur Technique de l’entreprise, Alladoum Fidel interrogé par Alwihda Actualités explique comment le travail s’effectue en amont et en aval. Selon lui, la procédure d’assemblage commence par l’arrivée des châssis, dans un second temps vient le premier assemblage au poste de montage suivi par le lavage, le séchage à l’air frais, la peinture, le séchage à 155°C, puis refroidi, habillé et finalement inspecté.

Parlant de la structure, la société comprend deux départements : le Département technique qui couvre quatre ateliers d’assemblage de tracteurs, de fabrication des équipements, de service d’habillement, d’eau, d’électricité, d’entretien et le Département commercial. M. Alladoum Fidel ajoute que la capacité maximale de production s’élève à 9 tracteurs par jour. Cependant l’heure de production dépend du chef d’usine qui peut en ordonner le nombre à produire en fonction de la disponibilité de matières premières. Donc le programme de production est coordonné par le Chef d’Usine et le Directeur Technique.

Abordant la question de l’effectif d’employés au sein de l’usine, le responsable Technique informe que son département a démarré avec 20 personnes dont le chef d’atelier et son adjoint, trois ingénieurs chefs de poste, des techniciens, des ouvriers qualifiés et non qualifiés. La SIMATRAC a pour partenaire les Indiens.

En ce qui concerne l’extension d’usines dans les provinces, Alladoum Fidel relève que la société pense installer des représentations dans les zones regroupant des régions agricoles comme Bol, Abéché et Moundou pour couvrir tout le pays.


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements