Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

SOCOCIM Industries : Opération débauchage ou le grand « yolékou » vers Dangote


- 16 Janvier 2014 modifié le 16 Janvier 2014 - 10:59


Il y a quelques années, « Le Témoin », rendant compte d’un banal vol d’ordinateurs dans un hôtel de la place, avait, en poussant ses investigations, découvert que les victimes de ce vol — des Chinois — travaillaient à la construction d’une troisième cimenterie à Pout. C’était celle de Dangoté qui a, par la suite, fait couler beaucoup d’encre et de salive du fait notamment du contentieux qui a opposé le milliardaire nigérian aux héritiers de feu Serigne Saliou Mbacké, défunt khalife général des Mourides. Au moment où nous révélions l’arrivée d’un troisième larron dénommé « Dangote Cement », les Ciments du Sahel, deuxième cimenterie de la place et appartenant à la famille libanaise des Layousse, venaient juste de s’installer et peinaient à « cimenter » leur part de marché. Pendant ce temps, la Sococim, la plus vieille cimenterie du pays, rachetée quelques années auparavant par le groupe français Vicat, avait du mal à cacher la gêne que lui causait l’apparition d’un concurrent… bientôt suivi par un second ! Depuis l’indépendance de notre pays, en effet, sans remonter plus loin, la Sococim, qui appartenait alors à la famille Crémieux, exerçait un monopole sur la vente de ciment au Sénégal et approvisionnait même des pays de la sous-région. Elle imposait donc ses prix et c’est à peine si, sur les sacs qu’elle vendait, il n’y avait pas l’étiquette « à prendre ou à laisser » collée. Inutile de dire que lorsque la Sococim était seule sur le marché, et avec le boom immobilier connu dans notre pays à partir de la fin des années 90, l’offre n’arrivait plus à satisfaire la forte demande. D’où les multiples pénuries qu’a connues notre pays, qui se sont traduites par une spéculation sur le prix du ciment. C’est justement cette très forte demande qui a poussé la famille Layousse à investir dans le secteur en créant les Ciments du Sahel. Les deux industries ayant beaucoup investi dans les capacités de production, le marché se trouva bientôt inondé de ciment. En effet, alors qu’on assistait à des pénuries jusque-là, ce fut bientôt l’inverse, la production annuelle cumulée des deux cimenteries, soit 4 millions de tonnes, dépassant largement la demande qui tournait autour de trois millions de tonnes. Il y avait donc un surplus qui était exporté principalement vers le Mali. Pourtant, conformément à la loi de l’offre et de la demande, les prix auraient dû logiquement baisser du fait de cette abondance de ciment. Il n’en fut rien malheureusement et étonnamment. Comme s’il y avait une entente sur les prix entre les deux cimenteries concurrentes… Des prix élevés que rien ne peut expliquer puisque l’essentiel des matières premières nécessaires à la fabrication du ciment à savoir le calcaire et l’argile est extrait des carrières bordant ces unités industrielles. Seul le clinker est importé. Mieux, pour une usine comme la Sococim, même les pneus usagés utilisés comme combustibles dans les fours de la cimenterie sont ramassés dans les rues. Bref, rien ne justifie que les prix du ciment n’aient pas baissé à la suite de l’entrée en activité des Ciments du Sahel. Pendant plus d’une décennie, donc, ces deux cimenteries ont régenté le marché, se plaignant de la surproduction mais refusant obstinément de baisser leurs prix.
 
Dans ces conditions, évidemment, l’annonce de l’arrivée de la cimenterie Dangoté a provoqué la panique au niveau aussi bien de la Sococim que des Ciments du Sahel. En particulier, une tempête de ciment trouble la visibilité des propriétaires et du management de la Sococim. Avec la reprise des travaux de la cimenterie Dangote suite au règlement du différend qui opposait le magnat nigérian aux héritiers de Serigne Saliou Mbacké, cette tempête a provoqué une véritable panique chez les Vicat. Lesquels se sont rendus à l’évidence du fait que la cimenterie Dangote n’est plus un rêve, mais une réalité appuyée par l’avancement des travaux à grande vitesse !
 
Transhumance industrielle
 
À la Sococim où les cadres et ouvriers manquent de motivation du fait de la modicité relative des salaires qui leur sont payés, et ce contrairement au traitement royal des « toubabs » de la maison, on nous révèle que beaucoup d’ingénieurs et techniciens ont déjà déposé leur demande pour rejoindre la nouvelle cimenterie Dangote. Or, les ingénieurs et techniciens de la Sococim, correspondent justement aux profils opérationnels et expérimentés que cherche Dangote pour démarrer ses activités. En effet, avec ces professionnels rodés, nul besoin de formation puisqu’ils sont immédiatement opérationnels. Toujours est-il qu’il y a au moins deux cadres de la Sococim qui sont soupçonnés, à tort ou à raison, de vouloir rejoindre Dangote. Une affaire qui pollue l’atmosphère à la cimenterie de Rufisque. Ces suspicions de transhumance industrielle aux airs de grand « yolékou » ont fait que chacun se méfie de l’autre actuellement dans la maison Vicat. Certaines sources interrogées nous parlent de traçabilité informatique qui aurait permis de repérer des demandes d’emploi que des cadres et techniciens de la Sococim auraient envoyées à la cimenterie Dangote par le biais de la messagerie électronique interne exclusivement réservée aux employés de l'entreprise. Dans le lot des accusés, un cadre que « Le Témoin » a rencontré dans le plus grand secret. Lequel nous a confié ceci : « Depuis un certain temps, des rumeurs annoncent le départ des uns et des autres. Ce ne sont que des rumeurs… Moi, je n’ai plus rien à prouver à la Sococim… Et si je veux partir, je partirais ! Quant à utiliser le réseau interne de l’entreprise pour envoyer une demande à Dangote, c’est faux ! Et dans le cas où certains l’auraient fait, ce serait uniquement pour prouver leur appartenance à la Sococim afin de gagner la confiance des recruteurs de Dangote » nous explique ce cadre de la Sococim. Et de laisser entendre qu’il existe des méthodes souterraines de débauchage plus efficaces que la voie électronique qui peut toujours laisser des traces. « Les vrais partants pour Dangote vont emprunter ces voies souterraines au moment opportun comme l’avaient fait d’autres lorsqu’ils partaient à la Cimenterie du Sahel » a argumenté notre cadre adepte du clair-obscur.
 
Cela dit, nous sommes persuadés que les employés de la Sococim ne seront pas les seuls à migrer vers Pout. En effet, nombreux sont les consommateurs, promoteurs immobiliers et commerçants grossistes qui attendent les tout premiers sacs de ciment sortis des machines de Dangote pour prouver que la qualité/prix a ses réalités au Sénégal. Avec une production annuelle annoncée de près de quatre millions de tonnes pour inonder le marché sénégalais, force est de croire que le prix du ciment Dangote sera une aubaine pour les consommateurs. Tant mieux si s’opère une vraie concurrence au profit des « goorgorlous ». Et tant pis pour les Ciments du Sahel si cette concurrence provoque sa mort industrielle pour avoir brisé l’espoir d’une baisse du prix du ciment qu’attendaient tous les Sénégalais. Lorsque la deuxième cimenterie du pays a démarré ses activités, en effet, tout le monde croyait que le coût du ciment allait considérablement diminuer. Hélas, contre toute attente, les Layousse n’ont fait que s’aligner sur les prix de la Sococim. Comme si ces deux cimenteries avaient signé une entente commerciale ou un pacte de non-concurrence aux allures d’une complicité mafieuse sur le dos des consommateurs sénégalais. Face à cette situation, nombreux sont les observateurs qui viennent de se rendre compte que cette deuxième cimenterie dite « Ciments du Sahel » n’avait pas sa raison d’être du fait que ses activités n’ont rien changé sur le prix du ciment qui est resté scotché à 3200 francs le sac. Une création qui ne profite qu’aux promoteurs, c’est-à-dire aux Layousse. Heureusement que le président Abdoulaye Wade, ayant compris la manœuvre, a autorisé la construction d’une troisième cimenterie. Et heureusement que le président Macky Sall, en grand patriote soucieux du pouvoir d’achat des Sénégalais, a laissé continuer les travaux de la cimenterie Dangote malgré les nombreux lobbyings d’intérêts personnels qui se sont exercés sur lui.
 
Dangote arrive et c’est le début du « Yolékou » à la Sococim ! En attendant, question baisse des prix du ciment, le milliardaire nigérian est attendu au pied du mur… Espérons seulement qu’il ne s’alignera pas sur les prix de la Sococim et des Ciments du Sahel !
 
ARTICLE PARU DANS « LE TEMOIN » N°1148 - HEBDOMADAIRE SENEGALAIS / JANVIER 2014
Publication en partenariat avec le journal Le Témoin.


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements