Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Secteur de l'énergie et de la société civile : L’Ue et la Côte d’Ivoire signent deux projets d’une valeur de 48 milliards de FCfa


Alwihda Info | Par Narcisse Yao - 12 Mai 2017 modifié le 12 Mai 2017 - 11:13

Le ministre de l’Economie et des Finances, Adama Koné, représentant la partie la partie ivoirienne, s’est réjouit de la signature de ces deux conventions, en particulier et en général de l’excellente coopération entre la Côte d’Ivoire et l’Ue. Il a souhaité que cela se renforce davantage pour le bonheur des populations.


Secteur de l'énergie et de la société civile : L’Ue et la Côte d’Ivoire signent deux projets d’une valeur de 48 milliards de FCfa
Secteur de l'énergie et de la société civile : L’Ue et la Côte d’Ivoire signent deux projets d’une valeur de 48 milliards de FCfa
L’Union européenne (Ue), à travers sa Délégation en Côte d’Ivoire a signé deux conventions de projets avec la Côte d’Ivoire, dans les secteurs de l’énergie et la société civile d’une valeur totale 74 millions d’Euro, soit environ 48 milliards de F Cfa. C’était au cours de la deuxième édition des journées de la coopération Europe – Côte d’Ivoire, le 11 mai à Abidjan-Cocody.

Selon l’ambassadeur de l’Ue en Côte d’Ivoire, Sem Jean-François Valette, 68 millions d’Euro, soit 44,6 milliards de F Cfa de ce montant sont destinés au secteur de l’énergie. Notamment, le renforcement de la sécurité et la fourniture de l’électricité de qualité et en quantité aux populations (Energos 2). La part de la société civile qui est de 6 millions d’Euro, soit 3,35 milliards de F Cfa, va servir à appuyer le programme Leadership et initiatives des acteurs non-Etatiques (Liane).
Jean-François Valette a signifié que l’organisation des journées de la coopération Europe – Côte d’Ivoire a pour but de « mettre en lumière les interventions de L’Ue et de ces 28 Etats membres dans le pays ». Ainsi, a-t-il relevé que les relations diplomatiques entre l’Ue et la Côte d’Ivoire remontent à 1961. Et de préciser que c’est à partir de 1963 que l’Ue a démarré son premier décaissement d’aide financière en faveur de la Côte d’Ivoire.

Le diplomate européen a également souligné que l’Ue est la fois le premier donateur, partenaire commercial et investisseur de la Côte d’Ivoire. Des stands d’illustration de l’appui de l’Ue dans plusieurs secteurs clés sont dressés sous un chapiteau pour accueillir et échanger avec le grand public.

Le ministre de l’Economie et des Finances, Adama Koné, représentant la partie la partie ivoirienne, s’est réjouit de la signature de ces deux conventions, en particulier et en général de l’excellente coopération entre la Côte d’Ivoire et l’Ue. Il a souhaité que cela se renforce davantage pour le bonheur des populations.

Adama Koné a en outre plaidé pour un décaissement rapide de ces fonds, de par la solidarité de travail entre les équipes de l’Ue et celle de la Côte d’Ivoire, en vue d’accélérer la mise en œuvre des projets concernés. Le ministre de l’Economie et des Finances a enfin traduit la reconnaissance du gouvernement ivoirien à l’Ue, pour tous ces efforts consentis dans les divers secteurs d’activités du pays.

Pour sa part, Daniela Rofi chef de la coopération au sein de la Délégation de l’Ue en Côte d’Ivoire, a indiqué que les interventions de l’Union concernent entre autres, les secteurs des infrastructures, l’énergie, la santé, l’économie et finances publiques, l’agriculture, l’éducation-formation emploi, eau et assainissement, paix et cohésion sociale et l’environnement-développement durable. Elle a signifié que la Côte d’Ivoire est éligible au fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique.

Selon Bamba Semon, coordonnateur national de la Cellule de coordination de la coopération Côte d’Ivoire –Ue, les actions de l’Ue rentrent dans les priorités nationales, c'est-à-dire les recommandations inscrites dans le programme national de développement (Pnd). D’où un bilan positif et salutaire.

Des panels autours de l’énergie et de la société civile ont permis aux acteurs de l’Ue, aux représentants de l’Etat et à l’assistance d’échanger, sur plusieurs préoccupations dans cette dynamique de coopération. Ainsi, a-t-il a été recommandé la finalisation des textes et l’uniformisation des approchent des bailleurs de fonds pour relever les défis en matière d’énergie en Côte d’Ivoire.