Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Secteur du coton : Le Tchad s’inspire du modèle ivoirien


Alwihda Info | Par Narcisse Yao - 30 Juin 2017 modifié le 30 Juin 2017 - 21:27

Une mission économique tchadienne a séjourné pendant une dizaine de jour en Côte d’Ivoire.


Secteur du coton : Le Tchad s’inspire du modèle ivoirien.
Secteur du coton : Le Tchad s’inspire du modèle ivoirien.
Une délégation tchadienne forte de dix membres, composée d’officiels, de représentants des producteurs et de la société cotonnière, Cotontchad, a entrepris une visite de travail en Côte d’Ivoire du 23 au 29 juin.

Conduite par le directeur de cabinet du ministre tchadien, en charge de l’Industrie, du Commerce et de la Privatisation, Abdelrazic Hassane Arabi, en tant que chef de ladite délégation, a dit être venu « s’imprégner du modèle économique mis en place par la Côte d’Ivoire, pour gérer la filière coton ».

Abdelrazic Hassane Arabi a ainsi indiqué avoir eu des rencontres fructueuses avec le Conseil coton- anacarde, l’Intercoton et les cotonculteurs. Il a ajouté que la délégation s’est rendue à Ferkéssédougou, dans le nord du pays, où elle a pu visiter les installations et les sites du groupe Olam Côte d’Ivoire. Ainsi que plusieurs villages de cotonculteurs dans cette zone de la Côte d’Ivoire.

Au terme de ce périple, il a déclaré que les membres de la délégation ont été surtout frappé par la libéralisation de la filière coton ivoirienne. Qui selon ses dires, « concède une partie du pouvoir régalien à l’Intercoton. En plus des textes pris par l’Etat de Côte d’Ivoire pour reformer ce secteur ». Abdelrazic Hassane Arabi a en outre relevé que la politique de zonage du secteur coton ivoirien a également retenu leur attention. Non sans se réjouir de l’entente qui existe entre les acteurs de ladite filière.

Ainsi, a-t-il assuré que dès leur retour au Tchad, la délégation va « formuler des propositions aux acteurs de la filière, en vue d’engager les reformes dans le secteur du coton, qui reste la principale culture d’exportation du pays ». Il a aussi lancé un appel aux acteurs ivoiriens de cette filière, afin de venir partager leurs expériences au Tchad.

Le directeur de cabinet du ministre tchadien, en charge de l’Industrie, du Commerce et de la Privatisation a tenu a souligné que le choix porté sur la Côte d’Ivoire, pour effectuer ce voyage d’études, l’a été sur proposition du groupe Olam basé au Tchad. Et de signifier que cette même mission les a déjà conduit au Bénin et au Burkina Faso.

Annonçant que le Tchad a produit en 2016, 171 000 tonnes de coton contre 400 000 tonnes pour la Côte d’Ivoire, Abdelrazic Hassane Arabi a soutenu que le coton a été délaissé au profit d’autres cultures. Il a expliqué que ce délaissement est dû à « une faiblesse du prix d’achat et d’une mauvaise organisation du secteur, avec le non-paiement à temps des cotonculteurs, au profit d’autres secteurs agricoles ».