Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Soudan du Sud : Entre égoïsme, vengeance et barbarie


Alwihda Info | Par - 13 Mai 2014 modifié le 13 Mai 2014 - 13:57

Que se passe-t-il vraiment ? Deux amis de souffrance, qui ont combattu main dans la main hier, deviennent du jour au lendemain des ennemis qui ne s’adressent même pas la parole.


Riek Machar (G) et Salva Kiir (D) lors d'une cérémonie à Juba, au Soudan du Sud, en juillet 2013. REUTERS/Andreea Campeanu
Riek Machar (G) et Salva Kiir (D) lors d'une cérémonie à Juba, au Soudan du Sud, en juillet 2013. REUTERS/Andreea Campeanu
Comme bon nombre des pays africains après les indépendances, ce petit et jeune Etat d’Afrique, le Soudan du Sud, est entrain de subir son baptême de feu. Sur le pas de ces aînés, le pays est déchiré par de conflits alimentés par la haine entre deux amis de guerre, qu’on peut nommément citer : Salva Kiir et Riek Machar. Après plusieurs années de lutte armée pour les indépendances, la population de cette partie la plus lésée du Soudan, espère pouvoir enfin aspirer à la paix et à la liberté après l’indépendance du pays en 2011, mais hélas. L’égoïsme du pouvoir fait éruption juste quelques mois après et met en péril le partage de la reine du pays. Les deux amis d’hier qui se partageaient un morceau de paix et un verre d’eau après plusieurs heures de combat dans les maquis ont du mal à s’entendre après que leur objectif (l’indépendance du sud Soudan) est atteint.
 
Que se passe-t-il vraiment ? Deux amis de souffrance, qui ont combattu main dans la main hier, deviennent du jour au lendemain des ennemis qui ne s’adressent même pas la parole. Le désir de la vengeance prend le dessus, Salva Kiir et Riek Machar ne se soucient pas, du moins oublient même la population civile, pour qui, ils ont combattus plusieurs années durant. Des crimes crapuleux  et autres barbaries inhumaines inondent leurs passages, juste par vengeance. Ces actes, conduisent les malheureux citoyens de se retrancher en ethnie et se nourrissent de haines. Rieck Machar, l’emblématique bras droit et ses complices, sèment la mort, juste parce qu’ils ne voient pas leurs efforts récompensés comme ils l’espéraient. Ils ont quitté la légalité et se sont organisés en maquis pour reconquérir le pouvoir par les armes sans se préoccuper des citoyens qui ont tant souffert.
 
Peut-on condamner ces derniers et leur incomber la responsabilité du mal que vie ce jeune Etat ? Peut être qu’on peut le dire en parti ainsi. Mais aussi avec de réserve et de prudence. Salva Kiir, n’a-t-il pas, de son coté aussi, fait preuve de l’égoïsme du pouvoir ? L’acte posé par Rieck Machar et ses complices n’est-il pas en partie, la conséquence de manque de partage du pouvoir par le régime du Soudan du Sud ? Personne n’a encore percé le mystère qui oppose ces deux amis et frères de maquis. La seule victime de toutes ces vengeances est la population civile qui se voit prise en otage entre deux dirigeants qui sont, il n’ya pas longtemps, considérés comme des libérateurs, des pères de l’indépendance, des messies du pays. Aujourd’hui, ils sèment la terreur dans leur propre pays et la population du Sud-Soudan ne se retrouvent plus. Ceux qui étaient leurs leaders charismatiques dans la lutte vers l’indépendance, sont devenus des monstres, des sanguinaires, des assoiffés du pouvoir….Dommage pour l’Afrique.

Mahamat Ramadane
Journaliste-reporter Alwihda Info. Tél : +(235) 63 38 40 18 En savoir plus sur cet auteur

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements