Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ACTUALITES

Soudan: le libyen Haftar et l'égyptien Alsissi derrière l'offensive rebelle


Alwihda Info | Par Adil Abou - 22 Mai 2017 modifié le 22 Mai 2017 - 01:17

Le Soudan a annoncé avoir saisi des armes, de munitions et six chars de fabrication égyptienne de type "Alwalid" accusant Haftar et le Président Alsissi d'avoir apporté un soutien militaire aux rebelles soudanais qui ont lancé l'offensive de samedi.


Contrairement aux allégations mensongères du gouvernement soudanais, nous apportons un démenti formel aux informations selon lesquelles le commandant Djouma aurait été tué, a annoncé à Alwihda un responsable rebelle. Les autorités soudanaises ont montré à la presse une centaine de personnes supposées être des combattants rebelles faits prisonniers lors d'une grande offensive menée samedi. "notre commandant n'a pas quitté la ville de Juba et n'a pas participé aux combats et il sera lundi matin l'invité de la BBC", a indiqué le responsable rebelle.

Des images de combattants rebelles sont montrées en boucle sur les réseaux sociaux et les autorités soudanaises assurent avoir combattu quatre colonnes des rebelles venant de la Libye voisine. Toujours selon un communiqué officielle, l'armée soudanaise avait mis en déroute les rebelles et a saisi vingt véhicules bien équipés, un camion citerne, un véhicule de transmission et 6 chars en très bon état. Au cours des affrontements, le commandant des forces du mouvement armé de libération de Mini Arkawi a été tué et plus d'une centaine de rebelles  auraient été faits prisonniers.

Les autorités ont souligné cet après midi que l'armée procède à un ratissage et qu'un autre communiqué interviendra dans les prochaines heures.

La Libye est devenue l'épicentre des rébellions notamment tchadienne et soudanaise qui exploitent le chaos pour s'armer et menacer la sécurité des pays limitrophes.

La rébellion donne une autre version assurant que c'est l'armée soudanaise qui a subi un revers et que les rebelles poursuivent leur offensive "nous sommes entrés sur le sol soudanais pas pour se replier", a assuré à Alwihda un responsable rebelle.
Le Soudan a annoncé avoir saisi des armes, de munitions et six chars de fabrication égyptienne de type "Alwalid" accusant Haftar et le Président Alsissi d'avoir apporté un soutien militaire aux rebelles soudanais qui ont lancé l'offensive de samedi.