Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : Alliance et mésalliance, le peuple n’en veut pas


Alwihda Info | Par - 21 Août 2013 modifié le 21 Août 2013 - 18:16

Moussa Guetane
Moussa Guetane, rédaction d'Alwihda Info. En savoir plus sur cet auteur

Monsieur Alio, venez au Tchad, créer un parti politique ou une association, lancer un journal indépendant, et battez-vous courageusement comme les Yorongar et les Kebzabo qui accomplissent leur rôle d’opposant démocratique avec brio sans passer par la voie des armes. La prise du pouvoir peut se faire autrement que par la violence, car la kermesse des mouvements armés fonçant sur N’Djamena est belle et bien révolue. Le monde a changé, le peuple Tchadien à mûri, les enfants de Toumaï ne vont plus applaudir tous ceux qui rêvent de la violence et de l’effusion de sang comme voie royale à la prise du pouvoir. Les enfants du Tchad, la jeunesse en particulier, n’acceptera plus d’écouter les discours démagogiques ânonner par des personnes qui se battent pour des ambitions strictement personnellement, confortablement assis dans leur salon feutré alors que les combattants peinent a trouver de quoi se nourrir, se vêtir et se soigner.


Tchad : Alliance et mésalliance, le peuple n’en veut pas
La récente interview de Monsieur Mr Alio Abdoulaye Ibrahim, nième personnage d’un regroupement plus ou moins fictif, le soi-disant Conseil Patriotique des Forces pour le Changement (CPFC) qui serait une fusion de deux mouvements rebelles contre les institutions de la république. La question est de savoir si Monsieur Alio parle de mouvement armé ou de groupes d’activités terroristes sachant que bon nombre des responsables des anciennes rébellions tchadiennes avaient rejoint Doha (Qatar) après leur déconfiture politique et militaire. Il n’est un secret pour personne que Doha est la capitale mondiale de financement de groupes fondamentalistes qui opèrent dans le sahel et autres parties du monde.

Les mouvements rebelles ont brillé par leur absence chronique de cohésion et d’un programme politique pour proposer au peuple Tchadien. Ils veulent tout simplement prendre le pouvoir avec tous les risques qui pourraient conduire notre pays à une véritable guerre civile déclenchée par l’anachronisme, l’atypisme et surtout les ambitions affichées de chacun d’occuper la Présidence du pays, même si d’aucuns n’ont même pas la capacité de diriger une cabine téléphonique. Il n’est pas interdit à Monsieur Alio de crier haut pour espérer avoir une place au soleil. Le peuple Tchadien quant à lui, refuse de cautionner les ambitions belliqueuses visant à conduire notre pays vers le chaos.

Le Tchad a connu trois décennies de guerre, les Tchadiens aspirent profondément à la paix et refusent de donner échos aux ambitionnes démesurées des nombreux « opposants politiques militaires » qui avaient enfilés depuis plusieurs décennies le costume de chef de guerre, chef de guerre de salon et des grandes capitales, finançant les personnes en mal de révolutions sans lendemain, des révolutions de pacotilles. Les Tchadiens leur demandent de résoudre leur problèmes personnels, leurs dissensions chroniques, leurs fourberies individuelles, leur carence notoire, leur ambition personnelle…Pour prétendre diriger le Tchad. Aucun tchadien n’acceptera que le pays replonge dans ses cruels démons du passé après ces longues années de reconstruction et de remodelage du paysage socio-économique de notre pays qui poursuit stoïquement son cheminement vers son essor.

Monsieur Alio, venez au Tchad, créer un parti politique ou une association, lancer un journal indépendant, et battez-vous courageusement comme les Yorongar et les Kebzabo qui accomplissent leur rôle d’opposant démocratique avec brio sans passer par la voie des armes. La prise du pouvoir peut se faire autrement que par la violence, car la kermesse des mouvements armés fonçant sur N’Djamena est belle et bien révolue. Le monde a changé, le peuple Tchadien à mûri, les enfants de Toumaï ne vont plus applaudir tous ceux qui rêvent de la violence et de l’effusion de sang comme voie royale à la prise du pouvoir. Les enfants du Tchad, la jeunesse en particulier, n’acceptera plus d’écouter les discours démagogiques ânonner par des personnes qui se battent pour des ambitions strictement personnellement, confortablement assis dans leur salon feutré alors que les combattants peinent a trouver de quoi se nourrir, se vêtir et se soigner.

Plus jamais, les jeunes tchadiens ne vont plus s’embarquer dans des aventures cauchemardesques sans lendemain où leur PGA détournés par ceux là même qui se disent leur chef. Plus jamais des jeunes ne veulent plus aller se faire tuer, blesser ou torturer dans des champs de bataille pour des causes aux contours flous. Plus jamais, des jeunes ne veulent aller mourir sans gloire ni sépulture pour assouvir les ambitions des uns et des autres. Les Tchadiens dans leur majorité, ne veut plus de l’expression de la haine d’un Tchad contre l’autre.

La rue ne va plus applaudir la rhétorique guerrière des uns et des autres, la fracture est désormais palpable entre la lutte armée comme moyen de prise de pouvoir et la volonté affichée du peuple d’aspirer irrémédiablement à une veritable paix pour faire du Tchad, une terre où il fait bon y vivre et y circuler librement sur toute l’étendue du territoire national. La page noire des luttes armées doit être à jamais fermée pour ouvrir des nouvelles pages d’un Tchad qui gagne pacifiquement. Plus jamais de guerres au Tchad, plus jamais de destructions gratuites de notre tissu économique et de nos infrastructures. Plus jamais les spectacles désolants des cadavres pourrissant au soleil dans nos rues, des corps démembrés, des maisons et des véhicules calcinés, des enfants et des femmes fuyant vers d’autres frontières…Plus jamais de « Tchad, état néant! », plus jamais de guerre tout simplement.

Monsieur Alio et consorts, la guerre que le peuple Tchadien doit engager est celle contre la pauvreté, contre la malnutrition, les maladies comme le Sida, le paludisme, etc. La guerre contre l’avancée du désert et l’assèchement du Lac-Tchad. La lutte acharnée contre l’analphabétisme, la corruption, le népotisme, le régionalisme, le terrorisme, le sectarisme, le confessionnalisme, le chômage, le manque d’infrastructures sanitaires et sociales. Les Tchadiens dans leur ensemble luttent pour voir jaillir sur toute l’étendue du territoire nationale, des routes, des hôpitaux, des ponts, des points d’adduction d’eau potable, des centrales électriques, des aérodromes, des écoles, des centres communautaires…Les Tchadiens veulent voir le désenclavement de leur pays pour mieux resserrer les liens unissant les différentes composantes de la nation, promouvoir les échanges socio-économiques et le brassage des populations.



1.Posté par Abaker le 22/08/2013 05:28 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si. Les itno''''s. veulent ou pas. La. ou nous. sommes. Toujour. avec. le le. livre noir. Au champitre. "ANTi. ITNOCRATIE"

2.Posté par Abaker le 22/08/2013 05:28 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si. Les itno''''''''s. veulent ou pas. La. ou nous. sommes. Toujour. avec. le le. livre noir. Au champitre. "ANTi. ITNOCRATIE"

3.Posté par Abounirane le 22/08/2013 13:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur GUETANE, je trouve que votre réaction est un peu excessive sur la rébellion armée comme moyen d'accession au Pouvoir, surtout au Tchad. Vous oubliez que tous les régimes tchadiens ont accédé au pouvoir par les armées, et en premier chef, Idriss DEBY, lui qui a construit toute sa carrière politique par l'usage des armes et de la violence. Vous devriez bien méditer ce qu'a déclaré le défunt, le Pr IBN OUMAR Mahamat Saleh en 2008 : il faut condamner avec force la prise de pouvoir par les armées mais aussi condamner avec la même force sa confiscation par les armées. Oui, malheureusement, le Pouvoir de Deby repose sur les armes, il n'a aucune légitimité démocratique, et vous le savez bien M. GUETANE. Il ne peut y avoir de démocratie sans alternance.
Nous sommes dans un pays où Deby modifie la constitution à sa guise, collectionne les mandats de 5 ans, tue les opposants les plus crédibles, emprisonne les journalistes indépendants, confisque la richesse du pays avec sa famille et j'en passe... Et vous, M. GUETANE, vous n'avez rien trouvé d'autres que de nous parler d'institutions démocratiques au Tchad, et de nous signaler la présence de YORONGAR et KEBZABO. Oui, ceux-ci sont là pour amuser la galerie, quoi qu'ils fassent, aucun d'eux n’accédera au pouvoir par les urnes. Deby les éliminera physiquement, comme IBN OUMAR,dès qu'ils seront suffisamment dangereux pour son Pouvoir. Pour l'instant, leur présence dans le paysage politique tchadien permet à Deby, mais à vous aussi, de justifier la piètre démocratie tchadienne.
M. GUETANE, contrairement à vos nobles souhaits pour la Tchad, la rue tchadienne est malheureusement toujours prête à applaudir une rébellion armée capable de défier Deby et sa bande, accrochés au Pouvoir depuis bientôt 25 ans à vie. La rue en a marre de ce Président à vie, nous avons eu la preuve en février 2008 quand le peuple du Tchad, de n'djamena en particulier, avait laissé éclater sa joie à l'arrivée des rebelles à N'djamena.

Par conséquent, M. GUETANE, malgré vos belles dénonciations, je crains fort que ce Monsieur ALIO n'a pas tort sur toute la ligne. Il ne fait que se saisir d'un moyen politique " la rébellion armée" malheureusement encore facilement justifiable au Tchad; et le sera toujours tant que Deby et son clan continueront à faire vivre aux tchadiens ce simulacre de démocratie sans tête ni queue!!
M. GUETANE, des opportunistes comme M. ALIO et autres arrêteront de faire le malin à l'étranger quand le tchad aura des vraies institutions démocratiques. Sinon, tout ce qu'on dira de ces rebelles relèvera de cet adage qui dit : le chien aboie, la caravane passe.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Pour poster un commentaire, vous devez utiliser un Email valide. Les commentaires non conformes à la net-étiquette et ou à la loi seront effacés.
En raison d'un nombre important de commentaires non conformes à la net-étiquette et ou à la loi, les commentaires sont désormais soumis aux modérateurs afin d'être vérifiés.