Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REPORTAGE

Tchad : Atmosphère post-violence, élèves et professeurs asphyxiés et drapeau arraché


Alwihda Info | Par - 2 Mars 2017 modifié le 2 Mars 2017 - 23:11

La stigmate de la violence policière demeure vivace tant bien dans l'esprit des quelques enseignants et responsables rencontrés dans ledit établissement ce matin. L'odeur de gaz lacrymogènes envahit toute l'administration et l'on peine à ouvrir les yeux pour éviter une odeur piquante qui s'était éparpillée dans tous les bureaux de l'administration.


Une atmosphère post-violence prévaut au Lycée de Walia

Le lycée de Walia. Alwihda Info
Le lycée de Walia. Alwihda Info
La cour du Lycée de Walia est complètement déserte ce matin, à l'exception de quelques élèves venus observer le communiqué de presse affiché à l'entrée principale. Le mot d'ordre de la suspension des cours lancée par la coordination des cellules du Lycée de Walia affiliée au Syndicat des Enseignants du Tchad, pour protester contre la violente intervention de la police au sein du Lycée de Walia, semble être bien suivie. 

La stigmate de la violence policière demeure vivace tant bien dans l'esprit des quelques enseignants et responsables rencontrés dans ledit établissement ce matin. L'odeur de gaz lacrymogènes envahit toute l'administration et l'on peine à ouvrir les yeux pour éviter une odeur piquante qui s'était éparpillée dans tous les bureaux de l'administration. 

Quelques motos et vélos abandonnés par les élèves sont parqués dans l'enceinte de l'administration. Le mat du drapeau enlevé probablement par les policiers, d'après les enseignants, jonche à même le sol. Il y a quelques douilles de gaz qui apparaissent dans la cour de l'administration de l'établissement. 

Un proviseur asphyxié et admis à l'hôpital 

La proviseur du Lycée de Walia, Djoungoun Cathie a été admise à l'Hôpital de l'Ordre de Malt après avoir été submergée par le gaz lacrymogène tiré par la police qu'elle a reçue dans son bureau. 

Plusieurs élèves sont tombés, évanouis dans la cour lors de l'affrontement entre étudiants et policiers par cailloux et gaz lacrymogènes interposés. 

Des tirs de lacrymogènes sans discernement 

Un enseignant rencontré dans la cour du Lycée de Walia nous informe que quelques étudiants sont venus siffler aux environs de 10h30, et quelques élèves curieux sont sortis de leur classe pour voir ce qui se passe dans la cour. Avant d'ajouter que la police est venue tirer sans discernement, sans que les élèves ne soient impliqués dans ce bras de fer. 

Le censeur du Lycée de Walia affirme que l'intervention musclée de la police n'a pas entraîné de pertes en vie humaine dans le rang des élèves. "Beaucoup des élèves ont perdu connaissance dans la cour tandis que d'autres sont admis à l'Hôpital. Les élèves, à chaque fois, se replient tout près du drapeau national pour entonner l'hymne nationale. Un policier est venu casser le mat pour enlever le drapeau. C'est un acte incivique de la part d'un agent de l'ordre de se comporter ainsi. Nous avons reçu des tirs nourris de gaz lacrymogènes des policiers dans nos bureaux respectifs parce qu'il y a des élèves qui y ont trouvé refuge", nous confie un enseignant. 

Aucune perte en vies humaines

Un responsable au niveau de la commune du 9ème arrondissement dément toute perte en vie humaine dans sa circonscription administrative. 

Par ailleurs, il accuse les élèves d'avoir activement pris part à cette manifestation pour épauler les étudiants, tout en opposant une résistance farouche contre les forces de l'ordre."Pas une seule victime homme comme femme n'a été enregistrée dans notre circonscription administrative lors de cette manifestation. Il faut reconnaitre que la police a agit avec beaucoup de discernement pour éviter de perte en vie humaine", a t-il conclu.

Des motos abandonnées par élèves et enseignants au sein du lycée. Alwihda Info
Des motos abandonnées par élèves et enseignants au sein du lycée. Alwihda Info

Un couloir du lycée de Walia aujourd'hui. Alwihda Info/D.W.
Un couloir du lycée de Walia aujourd'hui. Alwihda Info/D.W.


Une façade du lycée de Walia aujourd'hui. Alwihda Info/D.W.
Une façade du lycée de Walia aujourd'hui. Alwihda Info/D.W.

Djimet Wiche Wahili
Journaliste, directeur de publication du Tabloïd Alwihda Actualités. En savoir plus sur cet auteur

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements