Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Tchad/Centrafrique : Ban Ki-moon appelle à fournir les moyens nécessaires à la MINURCAT


Alwihda Info | Par Djamil @ - 22 Avril 2009 modifié le 22 Avril 2009 - 06:08


Tchad/Centrafrique : Ban Ki-moon appelle à fournir les moyens nécessaires à la MINURCAT
Dans un rapport publié mardi, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, engage les États Membres à fournir le personnel et les moyens qui manquent à la force de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine et au Tchad (" ), notamment des hélicoptères pouvant voler la nuit, et ainsi permettre à la Mission d'accomplir son mandat sans grande difficulté.

Il encourage également le Conseil de sécurité à engager les États Membres à fournir ces équipements, précise ce rapport remis au Conseil.

Le Secrétaire général se félicite de nouveau de la réussite du transfert d'autorité entre la force militaire de l'Union européenne (EUFOR) et la composante militaire de la MINURCAT le 15 mars. « C'était la première fois que l'Union européenne mettait en place un dispositif militaire relais en attendant le déploiement d'une force des Nations Unies », note M. Ban.

Selon lui, l'achèvement de la formation des 850 éléments de la force de police tchadienne appelée Détachement intégré de sécurité (DIS) et leur déploiement dans l'est du Tchad constituent également des acquis tangibles qui contribueront à créer un environnement plus sûr pour les réfugiés, les personnes déplacées et les populations vulnérables dans la région. « Dans un proche avenir, il importera de voir dans quelle mesure il est possible d'assurer la viabilité du DIS en substituant à l'appui des donateurs un financement du gouvernement tchadien », souligne Ban Ki-moon.

Selon lui, la situation sur le plan de la sécurité et la situation sur le plan humanitaire dans le Darfour et l'est du Tchad demeurent étroitement liées, l'instabilité dans une région créant de l'instabilité dans l'autre.

Les relations entre les gouvernements tchadien et soudanais sont une source de grande préoccupation, souligne-t-il. Dans le prolongement du rétablissement des relations diplomatiques entre les deux pays, le 9 novembre 2008, il est essentiel que le processus de Dakar progresse et que le Groupe de contact se réunisse le plus tôt possible, dit-il.

« Il est indispensable que les relations entre les gouvernements tchadien et soudanais continuent de s'améliorer. Pour que la situation s'améliore dans le Darfour et l'est du Tchad, il faut que le Tchad et le Soudan s'emploient à résoudre certains de leurs problèmes internes et à surmonter les ressentiments nourris entre les deux pays de longue date, qui alimentent l'animosité chez les groupes rebelles présents dans les deux pays », écrit-il.

Le Secrétaire général appelle les deux gouvernements à donner suite à ces engagements et à faire preuve de retenue sur les plans de l'activité militaire et du discours politique.

En ce qui concerne le Tchad, le Secrétaire général demeure préoccupé par l'impasse dans laquelle se trouve l'application de l'Accord du 13 août 2007 entre le gouvernement et l'opposition politique en ce qui concerne la loi électorale. Il engage instamment les deux parties à tout mettre en oeuvre pour aplanir leurs divergences. Il lance un appel à toutes les parties pour explorer toutes les voies de la réconciliation.

Il tient à dire une fois de plus que si toutes les parties le lui demandaient, il serait disposé à utiliser ses bons offices pour faciliter le processus de réconciliation.



EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements