Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

Tchad : Cette promesse que le Premier ministre n'a pas tenue


Alwihda Info | Par - 9 Avril 2014 modifié le 9 Avril 2014 - 22:09


Tchad"Je vous assure que le problème d'électricité sera résolue avant mars 2014 [...] Pour l'eau, nous avons signé un contrat", promettait le 11 décembre 2013 le Premier ministre Kalzubet Pahimi Deubet, devant les députés à l'Assemblée nationale où il présentait son programme politique. Ce jour là, il répondait à une question du député Mahamat hassan. Au même moment, on apprenait que le Tchad achète de nouveaux avions de guerre.
 
Aujourd'hui nous sommes en avril et la promesse n'a pas été tenue, ce qui n'est pas nouveau car même le chef de l'Etat n'a jamais respecter cette promesse qu'il a tenu à maintes reprises.
 
Le 24 mai 2012, Déby promettait que "les coupures d’électricité ne seront que de douloureux souvenirs d’ici quelques mois. N’Djaména aura de l’électricité en abondance".
 
Quelques mois plus tard, en août, "je demande aux N'Djamenois de patienter; encore quelques mois, les coupures intempestives d'électricité ne seront qu'un lointain souvenir. Nous aurons de l'électricité en abondance et à moindre coût". Ensuite, dans un nouveau discours, le chef de l'Etat posait un délai de "huit mois". Nous sommes en avril 2014 et toujours rien.

Une pensée pour tous ces tchadiens qui vivent sans électricité sous un climat explosif...et pour ces gouvernants sous leurs climatiseurs.

Djamil Ahmat
Rédaction Alwihda Info En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Ningaroh Ngoite le 10/04/2014 13:34 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cool ça va allé

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Pour poster un commentaire, vous devez utiliser un Email valide. Les commentaires non conformes à la net-étiquette et ou à la loi seront effacés.
En raison d'un nombre important de commentaires non conformes à la net-étiquette et ou à la loi, les commentaires sont désormais soumis aux modérateurs afin d'être vérifiés.