Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
Revue de Presse

Tchad : Don chinois, économie, "collapsed state", retraités ; la revue de presse


Alwihda Info | Par Aweina Djovouna - 17 Mai 2017 modifié le 17 Mai 2017 - 20:37


La revue de presse hebdomadaire par nos chroniqueurs, sur Alwihda Info


Tchad : Don chinois, économie, "collapsed state", retraités ; la revue de presse
« Tchad, un danger pour la sécurité mondiale », s’écrie N’Djaména Bi-Hebdo à la Une. Pour notre confrère, « ce qui se trame dans notre pays est extrêmement grave et constitue une menace sans précédent pour la sécurité sous régionale et même mondiale dans ce contexte de globalisation débridée et d’enjeux géostratégiques complexes et imbriqués. Le Tchad est aujourd’hui un Etat failli que les Anglo-saxons qualifient de collapsed state ».

Pour justifier son titre, le Journal de circonscrire : « Déjà en 2015, lorsque la presse avait donné l’alerte en pronostiquant la faillite de l’Etat tchadien, le gouvernement de Kalzeubé Payimi Deubet était monté au créneau pour fustiger les oiseaux de mauvais augure que seraient la presse et son perfide ministre de la Communication, très fâché avec les couleurs, avait clairement indiqué que tous les voyants étaient durement au vert ». « Mais paradoxalement, s’indigne le Journal, le même gouvernement, sans le dire, a néanmoins décrété l’austérité en prenant des mesures d’ajustement d’un séminaire gouvernemental dont les conclusions n’ont malheureusement pas été appliquées. » Aujourd’hui, rien ne tient. Et « Déby croit se délivrer de ses responsabilités en fuyant la capitale pour se mettre à l’abri à Amdjarass », pendant que tout est au point rouge.

Ainsi, l’Hebdomadaire L’Observateur titre à sa Une « Les retraités tchadiens au mouroir ». Notre confrère justifie : « Si d’aucuns disent qu’aller à la retraite au Tchad, c’est aller au mouroir, ils n’ont, en effet, pas tort. Voilà qu’au nom d’une supposée crise, les fonctionnaires civils, militaires, veufs et orphelins retraités du Tchad peinent à percevoir leurs pensions. Désespérés, ils en appellent au Président de la République pour leur décanter la situation. Mais là, on se demande bien si Déby aura une oreille attentive pour écouter leurs cris de détresse ». Et, ce n’est pas le tout. Les Tchadiens en ont ras-le-bol. Et, le Bimensuel Sahel Média reprenant les propos du Sg de la Convention Libre des Travailleurs du Tchad (CLTT), proche du gouvernement, M. Brahim Ben Seid « Le travailleur tchadien est à bout de souffle. Chaque jour, il est contrarié par les actes que pose le gouvernement… ». C’est pourquoi, à l’occasion de la fête de travail, les travailleurs de ladite organisation dressent « une série de 44 revendications qui a été formulée, dont le respect des textes et règlements en vigueur, la revalorisation du SMIG, la révision de certains textes, le paiement régulier des salaires et la liste est longue ». Mais, hélas ! Le gouvernement ne semble pas avoir la carrure pour répondre aux attentes. Les yeux sont tournés vers les partenaires. Le Bihebdomadaire L’Info publie l’allocution du Premier ministre, M. Pahimi Padacké Albert, lors de la rencontre élargie des délégations chinoise et tchadienne le 09 mai dernier « Je me réjouis de la disponibilité de votre gouvernement quant aux dons qui soulagent les souffrances de notre peuple et contribuent à notre développement ». Comme s’il était attentif à ce peuple dont il est incapable de soulager les souffrances, le premier ministre mendie, sans honte que « Notre peuple sera heureux d’entendre de nouvelles annonces à l’occasion de cette visite ».

Les cris sont écoutés. Dans son N°4590 du 10 mai, le quotidien Le Progrès informe que « le vice-Président chinois annonce que, pour cette année, son pays offrira au Tchad, sans contrepartie une somme de 200 millions Yuans (environ 17, 5 milliards Fcfa, pour la construction de stades et l’adduction d’eau potable ainsi que 60 000 dollars US (plus de 36 millions Fcfa) en guise d’aide d’urgence alimentaire, tout en continuant à lui envoyer des équipes médicales, pour le bien être de la population tchadienne ». Dans sa parution du 11 mai, Le Progrès nous apprend encore que « La BDEAC…octroie 7 milliards Fcfa pour le complexe industriel de Djermaya ». Tout Tchadien averti sait que toutes aides annoncées prendront la direction des poches des individus.