Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Tchad : Idriss Déby n'acceptera pas la scission de la Centrafrique


Alwihda Info | Par - 18 Février 2014 modifié le 18 Février 2014 - 16:16

Idriss Déby a rejeté une sécession de la RCA en deux, avouant au passage que les ex-Séléka se sont amassés au Nord de la Centrafrique. Il exclut également l'option guerrière.


Idriss Déby, Président tchadien et Cathérine Samba-Panza, Présidente centrafricaine de la Transition.
Idriss Déby, Président tchadien et Cathérine Samba-Panza, Présidente centrafricaine de la Transition.
N'DJAMENA (Alwihda Info) - La présidente de la transition centrafricaine, Catherine Samba-Panza effectue, depuis hier, une visite de travail à N’Djamena. Elle a été accueillie par le chef de l'Etat tchadien, Idriss Déby. Les deux dirigeants ont eu un long entretien. Au menu : Les problèmes sécuritaire et humanitaire en Centrafrique. Une séance de travail avait par ailleurs regroupé les délégations tchadienne et centrafricaine.

« Malheureusement nous ne pouvions pas assurer leur sécurité »

Dans un long discours devant les médias, la Présidente de la Transition a regrettée le départ des tchadiens, déplorant le manque de sécurité. Pour sa part, elle envisage leur retour, "le jour où cette sécurité reviendrait".

« Beaucoup de Tchadiens vivant en République centrafricaine y sont depuis plusieurs générations, depuis plusieurs mois. Le fait de les voir quitter notre pays nous déchire le cœur. Mais pour pouvoir les retenir, il faut que nous soyons à mesure d’assurer leur sécurité. Malheureusement nous ne pouvions pas assurer leur sécurité. Le jour où cette sécurité reviendrait, il m’appartiendrait moi-même et tout le peuple centrafricain d’aller vers ces frères et leur demander de revenir à nouveau dans leur patrie qui est la République centrafricaine »
, a affirmé la Présidente centrafricaine.

« Personne ne pourra accepter, la division de la République centrafricaine »

Pour sa part, Idriss Déby a rejeté une sécession du pays en deux, avouant que les ex-Séléka se sont amassés au Nord de la Centrafrique. Il exclut également l'option guerrière.

« Nous devons aider nos frères centrafricains afin que leur pays ne soit pas divisé et à faire de telle sorte que la transition en RCA soit une transition réussie qui débouchera sur des élections. Aujourd’hui, vous avez l’ensemble des éléments des ex-séléka qui ont regagné le Nord de la RCA ; il faudrait prendre contact avec ces gens afin qu’ils regagnent la mère patrie car personne ne pourra accepter, la division de la République centrafricaine. Il ne s’agit non plus pour eux d’aller combattre avec les armes », a affirmé le chef de l'Etat tchadien.

« Les forces de la MISCA et les forces sangaris à elles seules, ne peuvent pas remplir leur mission »

Idriss Déby mise également sur la Présidente de la Transition pour rétablir l'unité, à l'aide des forces africaines et françaises. Le Président tchadien défend désormais l'intervention de l'ONU et reconnait avoir tergiverser. Motif : La pression française, de sources diplomatiques.

« Maintenant, avec l’appui de la communauté internationale et des pays voisins, la Présidente de la transition doit faire en sorte que ces frères reviennent à la légalité et qu’on ne parle pas de la division de la République centrafricaine. La communauté internationale a les yeux braqués sur la RCA. Les forces de la MISCA et les forces sangaris à elles seules, ne peuvent pas remplir leur mission. Il leur faut plus des hommes, plus des moyens. L’institution qui, à l’heure actuelle, a plus de moyens nécessaires pour gérer ce genre de situation est bien, les Nations-Unies. Il ne faut pas tergiverser mais aller plutôt vers les Nations-unies pour permettre à la RCA de sortir du chaos actuel », souligne Idriss Déby.


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements