Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERVIEW

Tchad : Il y a 3ans, un commando armé braquait 33kg d'or en plein capitale


Alwihda Info | Par - 13 Février 2017 modifié le 13 Février 2017 - 19:44

Vendredi 10 février 2017 marquait le 3ème anniversaire de l'assassinat de la bijoutiere Hadje Haoua Abba par des individus non identifiés, armés jusqu'aux dents, qui ont finis par emporter une quantité de 33 kg d'or estimés à 733 millions de francs CFA. En ce jour commémoratif, le fils aîné de la victime a accepté de nous accorder un entretien sur l'état des lieux de la situation.


Le fils aîné de la victime, Ibrahim Mahamat. Alwihda Info/D.W.
Le fils aîné de la victime, Ibrahim Mahamat. Alwihda Info/D.W.
Alwihda Info. Trois ans après la mort tragique de votre mère, ou en est-on avec les démarches que vous entamées pour la manifestation de la vérité ?

Ibrahim Mahamat. Rien n'a bougé d'un seul iota. L'enquête semble être bonnement dans l'impasse. Nous, la famille de la victime, réclamons rien que la justice. Les autorités Tchadiennes n'ont pratiquement rien fait jusqu'à maintenant pour que les auteurs de ce crime soient identifiés, arrêtés puis traduits devant la justice pour répondre de leur acte.

Je me rappelle, en date de 20 mars 2014, le ministre de l'Intérieur et de la Sécurité publique de l'époque, lors de la présentation à la presse des malfrats, a indiqué que les présumés auteurs de l'assassinat de ma mère ont été appréhendés par les forces de l'ordre.

Nous détenons actuellement la vidéo de cette déclaration du ministre qui prouve que les assassins ont bel et bien été appréhendés avant qu'ils ne soient relâchés.  À notre grande surprise, le lendemain, il ya eu un virage spectaculaire de nos autorités en charge du dossier, en nous faisant savoir que l'enquête suit son cours pour retrouver les auteurs de ce crime.

On ne comprend pas du tout cette manière de faire, pourtant les forces de l'ordre parviennent rapidement et facilement à mettre la main sur les délinquants de délit mineurs. Nos forces de défense et de sécurité interviennent dans d'autres pays pour neutraliser des fauteurs de troubles ou des terroristes. Combien de fois, une mère âgée de 60 ans, tuée chez elle, dans une capitale de la République, en plein jour, sans que les auteurs de ce crime ne puissent ni être retrouvés ni au moins identifiés.

Ça surprend plus d'un de cet état de fait. Il s'agit probablement d'une affaire de gros sous que les apôtres de gain faciles sont nombreux tant bien dans le milieu de nos autorités civiles et militaires, c'est pour cela qu'elles ne veulent pas que la vérité éclate.

Que ressentez-vous sur le plan émotionnel trois ans après la disparition de votre mère ?

Notre mère représente pour nous l'être le plus chère, on la tue froidement dans son propre pays à l'aide d'armes de guerre sans qu'on puisse retrouver les auteurs de ce crime crapuleux. C'est écoeurant! Cela nous fait trop du mal sur le plan psychologique. Cela, sous d'autres cieux, pourrait mobiliser les autorités en charge de la sécurité pour retrouver les auteurs de ce crime et de leurs complices parce qu'ils mettent au défi l'État dont le prestige, l'honneur et la crédibilité sont en jeu, qui est celui d'assurer la sécurité de biens et des personnes.

La bijoutière Hadje Haoua Abba.
La bijoutière Hadje Haoua Abba.
Quel est votre mot de la fin ?

Nous invitons une fois de plus nos autorités en charge du dossier de tout faire pour retrouver les auteurs de ce crime crapuleux, et de les traduire ensuite devant la justice pour répondre de leur crime abominable.

Entretien réalisé par Djimet Wiche, journaliste-reporter à Alwihda Info.

Djimet Wiche Wahili
Journaliste, directeur de publication. Tél : +(235) 66304389 E-mail : djimetwiche@gmail.com En savoir plus sur cet auteur