Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : L'ENAM contre-attaque et dément "catégoriquement" les accusations de fraudes


Alwihda Info | Par Djimet Wiché Wahili - 25 Septembre 2014 modifié le 25 Septembre 2014 - 20:48


Les 22 régions ont respectivement beneficié chacune d'un quota de 15 places par région, ce qui donne 330 personnes au nombre d'admis pour les 22 régions sur un total de 530, sans compter les 5% pour la ville de Ndjamena, 10% pour la promotion feminine ou l'excellence. Un procès verbal de lauréats du concours de l'ENAM par région dont a consulté Alwihda Info à l'ENAM confirme cette version.


Tchad : L'ENAM contre-attaque et dément "catégoriquement" les accusations de fraudes
Une source emanant de l'Ecole Nationale de l'Administration et de la Magistrature (ENAM) du Tchad dément categoriquement, ce jeudi 25 septembre 2014, l'accusation portée par certaines organisations des droits de l'homme sur un présumé tripatouillage du résultat du concours de l'ENAM et relayés par certains journaux sur le non respect de la géopolitique. Elle assure que la répartition a été faite d'une maniére équitable et chaque région a un quota de 15 places basés sur des critères, une technique obéissant à la géopolitique prônée par les hautes autorités de la république.

Cette méme source assure que les 22 régions ont respectivement beneficié chacune d'un quota de 15 places par région, ce qui donne 330 personnes au nombre d'admis pour les 22 régions sur un total de 530, sans compter les 5% pour la ville de Ndjamena, 10% pour la promotion feminine ou l'excellence. Un procès verbal de lauréats du concours de l'ENAM par région dont a consulté Alwihda Info à l'ENAM confirme cette version.

Un responsable de l'ENAM a indiqué que la partie méridionale, disposant de 7 régions, devrait normalement obtenir, conformément au quota pour le respect de la géopolitique, 105 candidats admis. Il est maintenant totalisé 122 admis dans cette partie du Tchad. D'après lui, les organisations des droits de l'homme ne devraient pas s'ingerer dans une affaire administrative, ni moins encore defendre une partie pour des considérations régionales mais surtout denoncer leur rôle.
 
Les violations des droits de l'homme partout au Tchad sont motivées, selon lui, par des objectifs politiques au dessein inavoué. Ce responsable de l'ENAM conclut que les resultats du concours ne souffrent d'aucune anomalie, ni au fond, ni sur la forme.