Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : L'OPDH qualifie d'arbitraire l'arrestation de l'ex-maire de Moundou Medard


Alwihda Info | Par - 23 Juillet 2017 modifié le 23 Juillet 2017 - 15:14

Djimet Wiche Wahili
Journaliste, directeur de publication. Tél : +(235) 66304389 E-mail : djimetwiche@gmail.com En savoir plus sur cet auteur

L'OPDH s'indigne de l'arrestation d'un chef de parti et ancien maire de Moundou en violation de règles élémentaires portant poursuite des personnes.


Tchad : L'OPDH qualifie d'arbitraire l'arrestation de l'ex-maire de Moundou Medard
L'Observatoire pour la Promotion et la Défense des Droits Humains (OPDH) informe dans un communiqué de presse, signé de son président, Mahamat Zene Oumar Abdelaziz, en date du dimanche 23 juillet, parvenu à la rédaction d'Alwihda Info, que la détention Laoukein Kourayo Medard, président du parti CPTD est une affaire de cabale montée de toute pièce dans "l'ultime dessein de règlement de compte politique habilement monté par les fossoyeurs de la liberté et les prophètes de la guerre."

Par ailleurs, elle rappelle que ce ne sont pas les arrestations arbitraires, opérées dans la confusion et le mépris de la procédure, ces derniers jours que le gouvernement pourrait faire taire les voix des dissidents qui dénoncent la mal gouvernance et le népotisme.

Et d'ajouter que « la solution idoine aux mécontentements de la population, résultant de l'injustice et des violations graves et quotidiennes des droits de l'homme, n'est envisageable qu'à partir d'une recherche patiente à travers un dialogue inclusif et franc. La mauvaise gouvernance calamiteuse subie a comme corollaire la corruption, la mauvaise répartition des ressources nationales et la situation socio-politique ambiante d'une volonté politique proche du sadisme ».

L'OPDH s'indigne de l'arrestation d'un chef de parti et ancien maire de Moundou en violation de règles élémentaires portant poursuite des personnes qui seraient en conflit avec la loi tout en déplorant les bavures commises par les forces de sécurité en mission proférant des menaces et actes d'agression sur la défense de Kourayo, les excès de zèle du commandant de la police et l'usage excessif des armes de guerre dans une résidence privée.

En outre, l'Observatoire pour la Promotion et la Défense des Droits Humains (OPDH) demande aux autorités judiciaires qui sont en charge de l'application de la loi de respecter et faire respecter les textes et lois de la république, condition sine qua non de l'édification de l'État de droit et de la préservation de la cohésion sociale et de la paix.