Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
Revue de Presse

Tchad : La CST ferme sa deuxième usine, 2500 personnes au chômage


- 25 Février 2014 modifié le 25 Février 2014 - 15:42


Plombée par la concurrence et après plusieurs appels au secours, la Compagnie sucrière du Tchad (CST), propriété de Somdiaa, a annoncé le 25 février la fermeture de sa deuxième usine dans le pays. 2500 personnes sont mises au chômage.


Par MADJIASRA NAKO - Jeune Afrique Economie

Sucre. Photo : somdiaa
Sucre. Photo : somdiaa
"Nous ne pouvons plus continuer à produire. Depuis trois mois, nous n’avons pas pu vendre un seul sac de sucre. Nos locaux sont pleins à craquer".  C’est ainsi que Mahamat Allamine Maouloud, directeur de la production de la Compagnie sucrière du Tchad (CST), propriété du groupe panafricain basé en France Somdiaa, a justifié la fermeture de l’usine de Banda, près de Sarh. Cette fermeture, annoncée le 25 février, consacre l’arrêt de la production de sucre au Tchad, après la fermeture d’une première usine à N’Djaména en 2012.
 
Sucre importé
 
Ces événements sont la conséquence de la concurrence des sucres nigérians et soudanais, vendus moins cher et qui inondent le marché tchadien. Début janvier, dans une campagne de communication, la CST alertait l’opinion sur le fait que 70% du sucre consommé au Tchad était d’origine étrangère et introduit en toute illégalité. Ajoutant que si les autorités ne réagissaient pas en conséquence, elle risquerait de fermer ses installations. L'appel ne semble pas avoir été entendu...
 
Projet avorté ?
 
Lire la suite sur Jeune Afrique Economie