Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REPORTAGE

Tchad: Le MPS a opté pour la sociale démocratie ou le cauchemar démocratie?


Alwihda Info | Par - 6 Septembre 2014 modifié le 4 Septembre 2014 - 12:52

Les fossés entre les gouvernants et les gouvernés deviennent de plus en plus grands et la philosophie sociale du régime Deby reste qu’un discours politique.


PAR MAHAMAT RAMADANE
 
Depuis son dernier congrès en 2013, le Mouvement Patriotique du Salut (MPS), le parti au pouvoir au Tchad, a opté pour le concept «sociale démocratie» afin de rythmer avec l’évolution politique mondiale, semble-t-il. Mais pour quel résultat ? Un an après, ce concept n’est toujours pas visible dans les actes  du Gouvernement. Les fossés entre les gouvernants et les gouvernés deviennent de plus en plus grands et la philosophie sociale du régime Deby reste qu’un discours politique creux. Un dossier de plus, pour gonfler les archives du Gouvernement et le parti au pouvoir. Le concept de la sociale démocratie n’est non seulement pas mis en pratique dans l’exécution de l’agenda politique des autorités en charge mais il semble être trahi par ceux qui prétendent l’incarner. Dans le social, plus rien ne marche et plus rien est entrain de se faire pour remettre les choses dans le rail. Le Gouvernement a la possibilité d’incarner ce concept en ce moment de hic que traverse la société tchadienne mais la volonté politique semble être orientée vers d’autres priorités non prioritaires. Sociale démocratie ou cauchemar démocratie ?
 
Certains membres du Gouvernement se permettent de se venter de l’option politique choisie par le MPS. Ils prétendent faire le bilan du pouvoir en s’appuyant sur le concept de la sociale démocratie sans présenter un pourcentage, ni un statistique dans le domaine social. Les statistiques sur la pauvreté ne sont pas à l’ordre du jour des bilans. La couverture minimum sanitaire pour les personnes âgées ou en état d’handicape est souvent contournée et ne fait pas le menu des propagandes politique du gouvernement, disons le gouvernement de sociale démocratie. L’assistance sociale pour les plus démunis n’existe quasiment plus au Tchad, pourtant nous sommes en plein sociale démocratie. Les logements sociaux restent un projet sur papier ou du moins un rêve parmi tant d’autres dont le pays attend la réalisation depuis un demi-siècle. Il y’a un an, le MPS vient de caresser les tchadiens avec ce concept, qui, rien que la prononciation donne espoir. Mais jusqu’à nos jours, les discours politiques restent les discours, les projets restent théoriquement des projets et la vie continue pendant que la société attende le salut de ceux qui prétendent se préoccuper des cas sociaux.
Pourquoi, le MPS a opté et précipitamment pour la sociale démocratie en ce moment précis ? Cette question est bien celle qui mérite d’être posée surtout en ce temps-ci. Certaines sources politiques d’Alwihda (de ce même parti), tentent d’expliquer le choix de MPS, par les mouvements ou l’avènement politique mondial dosé, en grande partie par ce concept sociale démocratie et surtout le percé politique des socialistes en France auraient motivé la base du parti et le président fondateur, himself, à effectuer ce calcul. Si le parti au pouvoir aurait vraiment opté pour cette idéologie, juste, pour se protéger des tournures politiques extérieures, bien évidemment, il ne rend pas service à ses concitoyens. Faire la promesse et finalement, ne pas la tenir, est une chose et donner espoir pour le reprendre au finish, est une autre.
 
Le MPS serait-il entrain de tâtonner ou il est manqué de la  volonté politique d’orientation des actions vers le social ? Les tchadiens, pour la plupart, pour ne pas dire dans l’ensemble, ont du mal à s’identifier dans ce choix politique du régime de Deby. Il est d’une part vrai que la société tchadienne se lasse des promesses politiques mais la sociale démocratie, promis par le MPS, lors de son dernier congrès, a essoufflé comme une bouffée d’oxygène vitale pour reprendre l’espoir perdu des tchadiens. Avec le temps, le verdict est entrain de tomber. Faut-il encore espérer quelque chose de la sociale démocratie de MPS ? Difficile de donner une réponse.
 


Mahamat Ramadane
Journaliste-reporter Alwihda Info. Tél : +(235) 63 38 40 18 En savoir plus sur cet auteur