Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Tchad : Le biogaz, une alternative du bois de chauffe


Alwihda Info | Par Djamil @ - 2 Août 2009 modifié le 2 Août 2009 - 10:20


Tchad : Le biogaz, une alternative du bois de chauffe
Le biogaz est le gaz produit par la fermentation de matières organiques animales ou végétales en l'absence d'oxygène.

Cette fermentation appelée aussi méthanisation se produit naturellement (dans les marais) ou spontanément dans les décharges contenant des déchets organiques, mais on peut aussi la provoquer artificiellement dans des digesteurs (pour traiter des boues d'épuration, des déchets organiques industriels ou agricoles, etc.).

Un biodigesteur fonctionne à l’échelle familiale, avec au minimum deux vaches ou quatre cochons. Les toilettes familiales peuvent aussi être connectées au biodigesteur. Un biodigesteur de cette taille produira l’énergie nécessaire pour un fourneau de cuisson et une lampe. En Asie, la construction d’un biodigesteur familial coûte de 300 à 400 €uros ; il est probable que le coût de construction en Afrique soit un peu plus élevé. Le temps de retour calculé sur l’économie de bois de feu sera de quelques années. Mais il faut compter avec les effets indirects du biogaz :

* Les sous-produits du biodigesteur forment un bon engrais pour l’amendement des sols ;
* Le biogaz est un combustible propre, à l’inverse du bois énergie ; des recherches financées par l’Organisation Mondiale pour la Santé ont démontré que 1,6 millions de personnes mourraient chaque année des effets néfastes de la fumée du bois de feu ;
* Les programmes biogaz créent des emplois en zones rurales.

Le “Biogaz pour la vie meilleure, une initiative africaine” a pour vision de réussir dans
l’application de la technologie du biogaz dans les pays africains, sous forme d’un partenariat
orienté vers le marché, entre les gouvernements, les acteurs du secteur privé, les agents de la
société civile, et les partenaires du développement international. Les réalisations spécifiques de
l’initiative qui devront être accomplies en l’an 2020 sont les suivantes :

• Deux millions d’unités productrices de biogaz entièrement fonctionnelles.
• Au moins dix millions d’Africains disposant d’une énergie propre pour faire la cuisine.
• La création de 800 compagnies privées de production de biogaz et 200 ateliers de
fabrication d’ustensiles utilisant le biogaz.
• La création d’au moins 100.000 nouveaux emplois.
• L’élaboration de normes globales de qualité et de systèmes de contrôle de la qualité.
• Un taux de fonctionnement de 96 pour cent de toutes les installations productrices de
biogaz.
• Un million de toilettes construites et attachées à une unité de production de biogaz.
• Quatre-vingt pour cent des effluents biologiques utilisés comme engrais organiques.
• Elévation de la production agricole pouvant aller jusqu’à 25 pour cent.
• Amélioration de la santé et des conditions de vie des femmes et des enfants en réduisant les
chiffres de la mortalité de 5.000 femmes et enfants chaque année.
• Réduction des travaux exténuants en économisant 2 à 3 heures par jour et par ménage,
passées à ramasser du bois, cuisiner et nettoyer les casseroles.
• Economie des dépenses de santé allant de 80 à 125 dollars EU par famille et par an.
• Economie de 6.400 tonnes de carburants fossiles par an.
• Economie de 3 à 4 millions de tonnes de bois par an.
• Réduction des émissions de gaz de serre de l’équivalent de 10 mégatonnes d’équivalent
CO2.



Dans la même rubrique :
< >

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements