Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : Le massacre des prisonniers est un "coup d'Etat manqué" (ministre Ahmat Bachir)


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 26 Avril 2017 modifié le 26 Avril 2017 - 20:53


"Ce qui s'est fait est inadmissible et condamnable. Ca, c'est un coup d'Etat manqué, je le dis haut et fort devant l'assemblée nationale. Que des choses comme ça puissent arriver dans notre pays, mais c'est pas l'Etat qui a fait, c'est des individus, des criminels, des hors la loi", a déclaré le ministre de la Sécurité publique.


Le ministre de la Sécurité publique et de l'Immigration, Ahmat Bachir, ce matin à l'assemblée nationale.
Le ministre de la Sécurité publique et de l'Immigration, Ahmat Bachir, ce matin à l'assemblée nationale.
Le ministre de la Sécurité publique et de l'Immigration, Ahmat Bachir, était ce matin, à l'assemblée nationale, avec son collègue de la Justice et des Droits de l'Homme, Ahmat Mahamat Hassan, où il a répondu à une question orale du député Romadoungar Félix, relative à l'insécurité préoccupante sur le territoire nationale.

"Ce qui s'est fait est inadmissible et condamnable. Ca, c'est un coup d'Etat manqué, je le dis haut et fort devant l'assemblée nationale. Que des choses comme ça puissent arriver dans notre pays, mais c'est pas l'Etat qui a fait, c'est des individus, des criminels, des hors la loi", a déclaré le ministre de la Sécurité publique.

Face aux rires de quelques députés, Ahmat Bachir a tranché : "Je ne ris pas, si je pense à cette affaire, je suis scandalisé, il me manque même des mots, c'est un crime, du coup d'Etat".

Le ministre a assuré que "personne n'est au dessus de la loi".

"Je sais qu'il y a des hors la loi, ils seront rattrapés, punis comme tel. Je vous assure que ce genre de choses ne se reproduira pas. Si quelqu'un connait le nom, qu'il me dise le nom et on va régler les comptes", a-t-il estimé.

"L'enquête est ouverte"

"Je reste convaincu que la justice retrouvera les coupables, déjà, des actes sont posés par le chef de l'Etat, l'enquête continue et vous allez un jour nous inviter ici pour nous poser la question, qu'est-ce que nous avons fait ? Ces gens serons retrouvés et condamnés comme tel, conformément à la loi", a assuré le ministre de la Sécurité.