Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : Le ministre Hassan Sylla opte pour les menaces


Alwihda Info | Par - 22 Février 2014 modifié le 22 Février 2014 - 09:46

Djamil Ahmat
Rédaction Alwihda Info En savoir plus sur cet auteur

Les réfugiés regroupés au centre social n°2 seront renvoyés s'ils ne regagnent pas leurs parents dans les dix jours, à compter d'hier.


Par Mahamat Ramadane, Djamil Ahmat et Issa Abakar

Le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Hassan Sylla Bakari. Photo : Sources
Le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Hassan Sylla Bakari. Photo : Sources
N'DJAMENA (Alwihda Info) - Les réfugiés regroupés au centre social n°2 seront renvoyés s'ils ne regagnent pas leurs parents dans les dix jours, à compter d'hier, ce sont les propos menaçant qu'aurait prodigué le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, Hassan Sylla.

Sur plus de 20.000 personnes rapatriés de la RCA, il y a en majorité des tchadiens, des centrafricains mais également des ressortissants d'autres pays. Nombreux sont ceux qui n'ont jamais mis les pieds au Tchad ou ne connaissent personne.
 
Le gouvernement n'a pas pris au sérieux la question de leur réinsertion, se contentant des dons qui ont afflué en masse. Pourtant, un conseiller à la Primature en charge du dossier a été récemment nommé.
 
Avant-hier, le Premier ministre Kalzeubé Payimi Deubet a fait un point de presse pour faire le point sur les opérations de rapatriement des tchadiens de la RCA et annoncer la fin de celles-ci. Le Chef du gouvernement a annoncé que 99% des ressortissants tchadiens qui souhaitaient rentrer au pays ont été rapatriés.
 
Jusqu’à quand les rapatriés de RCA compteront sur les dons ?
 
Mais jusqu’à quand, ces ressortissants tchadiens rapatriés de RCA compteront sur les dons pour leur survie ? La réception des dons font oublier les plans de réinsertion sociale qui normalement devrait commencer. Une forte couverture médiatique qui fait penser à une publicité ou une campagne politique. Certaines entreprises vont jusqu’à afficher les logos sur les dons et exigent une large couverture médiatique. Les dons deviennent ainsi, un prétexte de mécénat et perdent leurs valeurs salvatrices au profit de la publicité. La situation sociale des uns profite aux autres.