Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
Revue de Presse

Tchad : Les autorités initient une marche aujourd'hui pour dire non à Boko Haram


Alwihda Info | Par Primature - 17 Janvier 2015 modifié le 17 Janvier 2015 - 09:23


Le Premier Ministre a informé les hommes de Dieu de la marche prévue ce samedi 17 Janvier 2015 à N'Djamena et à l’intérieur du pays pour dire non à la nébuleuse secte. Face à la menace de la secte islamiste, le Gouvernement demande aux leaders religieux de contribuer par des prières et la sensibilisation de leurs fidèles respectifs.


Tchad : Les autorités initient une marche aujourd'hui pour dire non à Boko Haram
Dans toute œuvre humaine, il est plus qu’important de Placer Dieu au centre de l’action pour un dénouement heureux. C’est à juste titre que dans cette mobilisation à la lutte contre BOKO HARAM, le Gouvernement plus par le passé, associe les leaders religieux, reçu en audience par le Premier Ministre.

Vous êtes les collaborateurs directs et indiqués, toujours consultés et associés aux différentes actions gouvernementales; s’est ainsi exprimé Son Excellence M. Kalzeubé payimi DEBEUT à l’endroit des religieux musulmans, catholiques et protestants. Pour le chef du Gouvernement, les exactions de BOKO HARAM compromettent la vie socioéconomique des pays du Bassin du Lac Tchad. C’est une situation qui préoccupe au plus haut niveau ,devait affirmer le Chef du Gouvernement.

Par la même occasion, le Premier Ministre a informé les hommes de Dieu de la marche prévue ce samedi 17 Janvier 2015 à N'Djamena et à l’intérieur du pays pour dire non à la nébuleuse secte. Face à la menace de la secte islamiste, le Gouvernement demande aux leaders religieux de contribuer par des prières et la sensibilisation de leurs fidèles respectifs.

Ce message du Gouvernement a été bien perçu par les religieux qui se sont engagés à apporter leur contribution. L’Appel à l’unité nationale et à la mobilisation de tous pour barrer la route à la secte BOKO HARAM qui met en mal la paix au Tchad et dans la sous-région est bien apprécié par les représentants des églises catholiques, protestantes et de la communauté musulmane. Car l’intérêt supérieur de la nation, la solidarité sous-régionale et internationale en dépendent.