Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERVIEW

Tchad : "Les femmes doivent serrer la ceinture afin de braver tous les obstacles"


Alwihda Info | Par - 27 Mars 2014 modifié le 27 Mars 2014 - 07:33

La Président de l'Action socio-économique en faveur des femmes démunies et orphelins de VIH/SIDA (AFFOV), Falmata Mahamat Hassan a accordée un entretien à Alwihda Info. Fin janvier, l'association faisait une révélation accablante sur les violences faites aux femmes ; A N'Djamena, un homme sur trois est un violeur.


Le siège de l'association AFFOV à N'Djamena. Alwihda Info
Le siège de l'association AFFOV à N'Djamena. Alwihda Info
Alwihda Info. Quel est votre impression en tant que militante de la société civile sur la manière dont les femmes tchadiennes commémorent la SENAFET et la JIF?
 
Falmata Mahamat Hassan. En tant que militante de la société civile, je pense que la manière dont les femmes tchadiennes commémorent la SENAFET et la JIF est excellente car durant une semaine, les problèmes de la femme tchadienne sont pris en compte afin de trouver des solutions, des conférences débats sont organisées à travers tout le pays ainsi que des expositions artisanales des créations féminines etc.
 
Les femmes rurales se plaignent que le comité d'organisation de ces deux fêtes les mettent à l'écart. qu'en dites vous en tant que citadine ?
 
Je ne pense pas que les femmes rurales soient mises à l'écart par le comité d'organisation de la SENAFET/ JIF. Le Gouvernement par le biais du Ministère de l Action Sociale de Solidarité Nationale et de la Famille met tout en oeuvre pour que chaque délégation régionale de l'action sociale organise la SENAFET/JIF dans son département à sa manière, pour permettre aux femmes rurales de participer activement à cette semaine et cette journée. Je crois que la perception de la SENAFET/JIF par la femmes rurale n'est pas la même que celle de la citadine.
 
Quelles seront les actions de AFFOV dans l’avenir pour contribuer à la réussite de ces fêtes ?
 
La contribution de l'AFFOV dans l'avenir pour contribuer à la réussite de ces fêtes est de prévaloir la reconnaissance des droits de la femme en générale et en particulier des femmes démunies qui croupissent dans la misère et subissent les violences dans le silence et aussi de former les femmes dans les activités génératrices des revenus.
 
Que dites vous pour ceux qui affirment que les femmes (y compris les femmes de la société civile et politique) ne militent que le jour de 8 mars ?
 
Cette affirmation est fausse. Les femmes ne militent pas que pendant la journée de 08 mars. C'est tout une semaine accordée à la femme et durant cette semaine les femmes de la société civile et les femmes politiques font des actions ainsi que des sensibilisations diverses concernant les problèmes de la femme. A part le 08 mars, on peut aussi citer l'exemple de la journée panafricaine de la femme et journée mondiale de la femme rurale.
 
Votre dernier mot aux femmes tchadiennes ?
 
Mon dernier mot aux femmes tchadiennes est qu'elles doivent serrer la ceinture afin de braver tous les obstacles pour l'amélioration de leur condition de vie et la reconnaissance de leur droit. 
 
Propos recueillis par Mahamat Ramadane.

Mahamat Ramadane
Journaliste-reporter Alwihda Info. Tél : +(235) 63 38 40 18 En savoir plus sur cet auteur

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements