Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REACTION

Tchad: Les leçons du 1er décembre à Moundou


Alwihda Info | Par - 18 Décembre 2011 modifié le 18 Décembre 2011 - 19:50

La jeunesse moundoulaise qui ose et qui a l’audace se dit foudroyée et marginalisée de toute l’organisation des festivités de la 21e journée de la liberté et de la démocratie. Les étudiants se sont violemment pris aux organisateurs.


Une fête de la liberté et de la démocratie hautement  sabotée  par les Ngambaye  membres du comité d’organisation.  De prime  abord les Moundoulais autochtones  ont été d’office écartés de l’organisation. Tous les faux selon  les mecontents que  Alwihda  a interrogés sont montés de toutes les pièces depuis N’djaména «  quelque 6 personnes parentes aux membres de différentes  commissions sont  impliquées dans l’organisation. Tout  ce qui a été fait à Ndjamena est resté intact. Nous sommes mécontents, nous ne voulons pas sortir pour aller à la cérémonie des festivités. Nous sommes au tour de cette marmite de bilibili  juste pour voir les chars venus pour protéger le  couple présidentiel. Demain nous irons à Belaba, le village qui abrite la fête de Tabé  Eugène pour voir Deby avec la Première Dame Hinda  parce que nous ne les avons jamais vus », fait remarquer un groupe  d’élèves et d’étudiants.
 
La jeunesse moundoulaise  qui ose et qui a  l’audace se dit foudroyée et marginalisée de toute l’organisation des festivités de la 21e journée de la liberté et de la démocratie. Les étudiants se sont violemment pris aux organisateurs.
 
La population n’a rien bénéficié  de cette fête. Elle s’indigne contre le comité d’organisation. Tous les matériels destinés pour la circonstance sont ramenés à N’Djamena. La police de Moundou se met à la trousse de N’Djamenois pour récupérer quelques matelas, tapis, ustensiles et autres pacotilles.
 
Toutes les délégations venues de N’Djamena sont abandonnées  à leur triste sort. La délégation  des artistes s’est trop  plainte de restauration.  Quant aux  journalistes, leur cas est plus lamentable car, ils  ont été logés dans une hutte où habitent les araignées,  des guêpes maçonnes, les moustiques  et les serpents.  Comme si cela ne suffisait pas, les confrères chargés de les gérer leur ont extorqué 20000 F CFA  sous prétexte de frais d’hébergement et de  restauration.  Alors qu’en réalité la commission restauration doit s’occuper des journalistes, des officiels et autres. Les dix jours de couverture médiatique accordé aux médiats publics et privés sont entachés de discrimination : pendant que les médias publics ont effectivement assuré les dix jours prévus, ceux du privé n’en ont assuré que quatre. Si on  doit se livrer à une gymnastique de comparaison entre  la fête du 1er  décembre  commémorant le 20ème anniversaire de la journée de la liberté et de la démocratie à Ati l’année dernière et celle de Belaba,  cette année en terre Ngambaye, il n’y a pas de comparaison.   
 
Les journalistes  ont été  minimisés voire même ridiculisés par  la commission  de communication. Lorsque les journalistes revendiquent  les 20000f  prélevés sur chacun pour la restauration et le  logement durant leur séjour, le chargé de communication leur répond avec un ton peu amical : « vous êtes tous des vétérans de Moundou. Vous connaissez les réfectoires  allez-y chercher à manger comme vous cherchez aussi de l’information » jusque-là, les journalistes  réclament  leur 20000 frs auprès de leurs gestionnaires. Quelques journalistes ont mieux choisi  de rejoindre leurs parents aux quartiers. 
 
Deby a la volonté de construire ce pays. Mais ceux à qui il fait confiance gâchent sa politique. Voilà qu’il a débloqué  une somme faramineuse  pour la fête du 1er décembre afin que  chaque citoyen puisse  au moins bénéficier d’un franc. Hélas à Moundou,  la population accueillante  n’a rien gagné. Tout est entré dans la poche d’un groupuscule  de personnes. Des milliards permettront aux organisateurs de moralité douteuse d’achever leurs chantiers et inscrire leurs enfants à l’extérieur. L’Agence Tchadienne de Presse mise dans le lot des journalistes privés a su  se faire du lait en faisant un numéro  spécial. Mais qui va se tailler la part du lion ?
 


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements