Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : Les vols à l'arme blanche augmentent à N'Djamena


Alwihda Info | Par AHMAT BRAHIM - 17 Mai 2017 modifié le 17 Mai 2017 - 16:30


A N’Djamena, une recrudescence des vols avec arme blanche et surtout, une montée des braquages inquiète la population depuis quelques mois. Les auteurs de ces méfaits seraient des « colombiens », dont certains identifiés comme des « amis des policiers », accusent les femmes marchandes du marché de Dembé situé dans le 6ème Arrondissement de la capitale Tchadienne.


Le Marché de Dembé. Crédit photo : Michilke/Overblog
Le Marché de Dembé. Crédit photo : Michilke/Overblog
Les braquages au marché de Dembé, c’est inhabituel, mais ils se seraient multipliés ces derniers mois. Leurs auteurs : Les auteurs de ces méfaits seraient des « colombiens », dont certains identifiés comme des « amis des policiers », accusent les femmes marchandes du marché de Dembé.

Dame Margueritte N, la sexagénaire habitant un village dans la Nya Pendé est arrivée à N’Djamena pour gagner un coupon de son défunt mari Paul. Après un mois d’attente la caisse nationale des retraités du Tchad (CNRT) déclenche le paiement d’un coupon par pensionnaire. Dame Margueritte ne sachant pas bien les réalités de la capitale est parti seule se présenter au guichet pour percevoir la pension de son défunt mari.

Apres une longue attente, enfin elle perçoit l’argent d’un coupon qui est de 40.000 francs CFA. A peine sorti des locaux de la CNRT, les « Colombiens » l’ont attaqués au vu de tous les agents de forces de l’ordre assurant la sécurité au sein de la CNRT. Ces voleurs n’ont peur de personne et narguent la population comme ils veulent, ils ont pris tout l’argent sur la pauvre Margueritte, la laissant toute seule en pleurant sur le goudron non loin du viaduc de dembé ou il y’a une présence de la police de proximité, qui n'a pourtant pas bougé d’un iota.

La pauvre femme a rencontré un bienfaiteur qui lui a remis 1000 francs pour sont transport, pour lui permettre d’arriver chez ses hôtes.

Arrivée à la maison, après quelques instants de repos, elle prend son temps et explique longuement sa mésaventure à ses hôtes qui n’ont pas tardé à la calmer. Mais, la pauvre dame, ne supportant pas ce qui lui est arrivé, va faire une convulsion vers 16 heures, et décède quelques minutes après, sans avoir pu rejoindre l’hôpital le plus proche.