Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REACTION

Tchad: 'Ne témoignez pas en faveur de Hissein Habré'


Alwihda Info | Par - ҖЭBIЯ - - 6 Août 2008 modifié le 6 Août 2008 - 10:23

Monsieur Michelot Yogogombaye, vous nous avez conviés au naufrage de votre raison et c’est avec compassion que nous vous observons quand vous menacez de vous pendre à la potence pour défendre la réputation de votre très admirable Hissein Habré.


Tchad: 'Ne témoignez pas en faveur de Hissein Habré'

Par Joe Al Kongarena

NE TEMOIGNEZ PAS EN FAVEUR DE HISSEIN HABRÉ !

(Réaction à l’article de Michelot Yogogombaye intitulé : Je demande à la justice sénégalaise de m’appeler à la barre.)

Je vous ai lu monsieur Michelot Yogogombaye. Vous avez choisi votre heure pour débrider des plaies et c’est votre choix. Cependant, je ne vous recommande pas d’aller à la barre pour témoigner en faveur de Hissein Habré car vous risquerez de nuire gravement à la défense de votre héros. Vous dites : « […] Aujourd'hui, on a voulu faire porter le fardeau de ces crimes à une personne qui, il est vrai, était au commande mais n'ordonnait pas tous les crimes dont il est accusé. Non, je refuse, je conteste le chiffre de 40000 morts […] » Déjà, vous faites l’aveu, et même par écrit, que Habré ordonnait lui-même une partie des meurtres estimés globalement à 40 000 victimes. Ensuite, allant de votre petit sanglot, vous jouez les coudes avec les chiffres en contestant l’estimation de 40 000 morts avancés par certaines organisations de droit de l’homme. C’est votre droit de douter mais je suis curieux de connaitre votre estimation, aussi partielle soit-elle. Combien de morts avancez-vous de moins sur les 40 000 morts? 99% de moins? Admettons que ce chiffre est à 99% faux comme vous l’auriez vraisemblablement souhaité. C’est dire vous tenez quand même Habré pour responsable d’au moins 400 meurtres de Tchadiens.

Comment se fait-il qu’environ 400 assassinats ordonnés par un même individu ne vous horrifient pas ? Imaginez-vous que ces meurtres sont justifiables ou moralement défendables? Que faites-vous des souffrances et des traumatismes des orphelins, des veuves et des familles qui continuent jusque là de subir des préjudices à cause de l’absence d’un père, d’une mère, d’un frère, d’une sœur ou d’un ami très intime? Monsieur Yogogombaye, réalisez-vous la violence avant la mort, la douleur et la peur qu’ont subies les victimes de Habré pendant qu’elles étaient lentement torturées et qu’elles mourraient à petit feu de soif, de faim et des violences de leurs bourreaux, dans les derniers instants de leur vie, seules et loin de leurs familles et êtres chers? Le cri du sang des victimes de Hissein Habré exige que vous taisiez vos délires et refouliez ailleurs vos frustrations patentes dues à votre situation personnelle, votre séjour en exil ou à des raisons qui n’ont rien à voir avec l’intérêt supérieur du peuple Tchadien. Vos frustrations et vos nostalgies vous ont transformé en un être confusionnel. C’est ce qui explique votre déviation de la voie de la raison et du sens de responsabilité sociopolitique et qui vous rejette vers des interprétations dérivées de la politique machiavélique de Habré.

Comment avez-vous réussi à mépriser les victimes de Habré et leurs familles au point de n’avoir aucun mot pour tarir les larmes des parents et proches alors vous vous parez à vous pendre pour sauver les meubles d’un sanguinaire? Va-t-on simplement nier ou excuser les crimes de Saddam Hussein pour la simple qu’après lui, les américains ont foutu plus de bordels en Irak qu’au temps de Saddam? Demain, les pro-Deby nous diront qu’il n’a absolument rien fait sinon des petites erreurs commises par son alentour et iront jusqu’à nous demander de nous excuser auprès de Deby pour l’avoir calomnié injustement?

Vous avouez que Habré, par sa redoutable carte politique « Nord-Sud », a divisé le Tchad et a érigé l’aversion parmi les Tchadiens en faisant la promotion de l’hostilité entre les chrétiens et les musulmans. Vous dites avec fierté qu’il l’a fait avec une intelligence qui vous émerveille. Prenez conscience que cette opposition «Nord-Sud» ou « Chrétien-Musulman» nous a fait plus mal que tout autre geste et ce n’est pas fini car 20 ans après Habré, ce fléau nous montre des façades que nous n’avons jamais connues et continue ses ravages. Si vous, et tous ceux qui veulent vous ressembler, cessez d’interpréter ce mal comme une idée éclatante d’un génie, beaucoup de problèmes trouveraient de solutions. Je pense que probablement, vous êtes personne assez bizarre à moins que vos jugements soient réfléchis et cohérents en privé.
Toujours dans la progression de votre idée expliquant le géni de Habré à créer la haine entre le Nord et le Sud, entre les chrétiens et les musulmans du Tchad afin de servir ses intérêts politiques personnels, vous dites que tout ceci est fait sans intention de nuire à l’unité du pays. Connaissez-vous des hommes qui sèment la division au sein d’une communauté sans aucune intention de nuire à l’unité de celle-ci? Que faites-vous du principe de non-contradiction dans un discours qui se veut de raison?

Passons tout simplement à un autre point. Nous savons que la délinquance financière et le meurtre ont retenu et continuent de retenir le cœur de beaucoup des hommes d’état Tchadiens. Vous semblez bien connaitre Kamougué en faisant ressortir le souvenir de vos activités effectuées dans la noirceur de la nuit alors que des jeunes Tchadiens vous regardaient et considéraient certains parmi vous comme des héros. N’est-ce pas que vous donniez de bons exemples à la jeunesse? Permettez-moi de vous dire que c’est à cause de tels comportements que nous demandons aux jeunes Tchadiens d’aujourd’hui d’être conscients et de bien identifier les délinquants afin de ne jamais plus les confier , à l’avenir, un post de pouvoir ou d’influences. N’avons-nous pas perdu assez de temps ainsi? Nous savons que pendant le jour, presque tous les hommes d’états Tchadiens se trémoussent jusqu’aux crimes les plus ignobles et la nuit, ils s’empressent d’aller mener des danses incroyables avec l’argent des contribuables traumatisés et affamés. C’est à ce cycle vous avez connu Kamougué et certainement bien d’autres.

Tout votre raisonnement, dans votre désir ardent de soutenir Habré, est bâti sur l’idée qu’entre deux ou plusieurs chefs d’état sanguinaires, il faut choisir celui avec qui on est le plus proche. Il faut vraiment avoir une mauvaise haleine de l’âme pour raisonner ainsi. Vous ne faites pas une simple comparaison objective de tous les régimes politiques du Tchad pour conclure que le régime de Habré est meilleur que celui de Deby par exemple. Vous exprimez tout simplement votre soutien à un bourreau tout en ayant du mépris pour les victimes. C’est ça qui me dérange. Votre inconséquence politique assassine, pour une seconde fois, les victimes de Habré et blessent leurs proches. Et pourtant, il est tout à fait possible de comparer sainement les qualités et les défauts du régime de Habré aux règnes d’avant ou d’après lui.

Passons à vos autres arguments auxquels je réponds brièvement:
· Le nationalisme n’accorde pas le droit de décider de la vie ou de la mort de son prochain.
· La victoire contre l’occupation étrangère libyenne ne justifie en rien les crimes intérieurs commis contre les Tchadiens en raison de leurs opinions politiques, de leurs croyances religieuses ou de leurs origines ethniques. Lesquels crimes étaient sans rapport avec l’intégrité territoriale ou la guerre avec la Libye. C’était une ignoble cuisine intérieure sans un moindre ingrédient extérieur.
· Que Habré ait organisé l’élection la plus démocratique ne justifie, non plus, en rien ses crimes contre les Tchadiens de tout horizon. Qu’avez-vous trouvé de plus démocratique dans cette élection? Sa victoire à 99% ? Contre quel véritable adversaire politique qui avait normalement fait campagne sur l’ensemble du territoire Tchadien? Les citoyens avaient-ils majoritairement exercé leur droit d’élire librement le candidat de leur choix? Vous faites une tentative maladroite de récupérer un événement passé afin de tromper et défendre le présent.
Vous n’irez nulle part avec d’aussi pauvres arguments. Vous me semblez être plus proche d’un négateur ou fossoyeur de la vérité qui ne prend pas son temps pour s’assurer de la cohérence, même superficielle, de ses arguments.

Monsieur Michelot Yogogombaye, vous nous avez conviés au naufrage de votre raison et c’est avec compassion que nous vous observons quand vous menacez de vous pendre à la potence pour défendre la réputation votre très admirable Hissein Habré.

Le sang dégouline des plaies que vous venez d’ouvrir avec une brutalité délibérée et la scène vous excite. Alors vous enfoncez le clou en affirmant qu’on le veuille ou non, Habré est notre mémoire collective, à tous. Ça me dérange beaucoup. Cette affirmation est inacceptable pour la simple raison qu’elle nous contrarie dans notre choix de considérer Habré comme un guide ou non. Laissez nous le choix d’apprécier nous-mêmes Hissein Habré. Nous saurons apprécier son sens de l’état, sa fierté de Tchadien, ses visions et ses projets osés pour le Tchad, son patriotisme sans égal, etc. Nous saurons aussi apprécier la responsabilité des assassinats qu’il a ordonnés.

Bref, que Habré soit le Tchadien le plus démocrate; qu’il soit le président qui a le sens de l’état le plus élevé de tous les temps; qu’il ait rétabli l’intégrité territoriale du Tchad; qu’il soit le plus fier des Tchadiens par son nationalisme; qu’il soit le plus visionnaire par ses projets ambitieux pour Tchad;…, toutes ces qualités ne l’exonèrent en rien car elles n’ont de rapport direct avec le fait d’assassiner des humains et pire des innocents. On ne peut pas tuer et demander l’acquittement en invoquant les services rendus ou les qualités que l’on a et que notre successeur n’en possède pas. D’ailleurs, Habré n’a pas rendu de services au peuple Tchadien. Il a, tout au mieux, accompli ses devoirs de chefs d’État suite aux engagements pris dans son rôle de président du Tchad. Habré doit répondre de ses crimes. Que ceux qui ont déjà tué tremblent car ils seront rattrapés tôt ou tard, opposants ou hommes d’État.
J’espère que vous continueriez tranquillement votre exil là où vous êtes, car la génération actuelle, très consciente et vigilante ne tolérera plus qu’un nostalgique ou qu’un nationaliste pur sang souffle, même subtilement, en invoquant la survie politique, les idées absurdes d’une époque dépassée, soit le Nord contre le Sud, les musulmans contre les chrétiens, etc. Nous n’avons plus besoin de ces inconvénients pour réaliser le changement auquel nous rêvons toutes les nuits.

Joe Al Kongarena
www.librafrique.com
Joe.alerte@gmail.com


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements