Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
EDITORIAL

Tchad: Paris veut une condamnation des rebelles par le Conseil de sécurité


Alwihda Info | Par Djamil @ - 7 Mai 2009 modifié le 7 Mai 2009 - 14:57

PARIS - La France souhaite que le Conseil de sécurité de l'ONU "condamne fermement" l'offensive des rebelles, dans l'est du Tchad, qui ont comme objectif la prise de N'Djamena, a déclaré jeudi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.


Tchad: Paris veut une condamnation des rebelles par le Conseil de sécurité
PARIS - La France souhaite que le Conseil de sécurité de l'ONU "condamne fermement" l'offensive des rebelles, dans l'est du Tchad, qui ont comme objectif la prise de N'Djamena, a déclaré jeudi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

"La France souhaite que le Conseil de Sécurité, comme il l'a fait en juin 2008 (lors de la précédente offensive rebelle), condamne fermement cette nouvelle attaque menées par des groupes armés tchadien venus du Soudan", a déclaré Eric Chevallier.

"Nous appelons au respect scrupuleux des engagements pris, notamment dans le cadre des accords de Dakar et Doha", a-t-il ajouté, soulignant que "toute tentative de déstabilisation par la force est inacceptable".

Le Soudan et le Tchad ont signé le 4 mai à Doha un accord sur une réconciliation qui prévoit de mettre en application d'anciens accords sur le contrôle des frontières pour empêcher les infiltrations de rebelles tchadiens venant du Soudan et de rebelles soudanais venant du Tchad.

Pour la France, la Minurcat, la force de l'ONU déployée au Tchad "doit pouvoir remplir sa mission de protection sans entrave".

"Nous restons préoccupés par la sécurité des populations civiles locales, réfugiées et déplacées, ainsi que des travailleurs humanitaires qui leur viennent en aide", a affirmé M. Chevallier.

Il a observé que "les forces de l'ONU ont été amenées à évacuer temporairement les personnels humanitaires basés à Koukou Angarana, qui pouvaient être menacés par des combats", une évacuation qui a entraîné, selon lui, "une interruption de la distribution de vivres dont nous espérons qu'elle restera limitée dans le temps".

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a ainsi interrompu les distributions de nourriture à Goz Amir, et le Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR) a fortement réduit son personnel à Koukou Angarana (est du Tchad).



1.Posté par mamadia haliki le 02/01/2010 23:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
il faut que la france doit s'interesséée a ces affaire,tot ou tard les tchadiens vont resoudre leur probleme eux meme.on a pas bessoin de la france dans n'importe quelle affaire,les soudannais et les tchadiens sont capable à attenuer les conflits .

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Pour poster un commentaire, vous devez utiliser un Email valide. Les commentaires non conformes à la net-étiquette et ou à la loi seront effacés.
En raison d'un nombre important de commentaires non conformes à la net-étiquette et ou à la loi, les commentaires sont désormais soumis aux modérateurs afin d'être vérifiés.

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements