Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REACTION

Tchad/RCA : Proposition d'une politique de retour au bercail des ressortissants Tchadiens de Centrafrique


Alwihda Info | Par Zegou Abdill - 8 Octobre 2013 modifié le 9 Octobre 2013 - 14:11


Des jeunes centrafricains montent des barrières. Crédit photo : Sources
Des jeunes centrafricains montent des barrières. Crédit photo : Sources
Le Tchad a connu une guerre pendant plusieurs années. Cette fâcheuse et regrettable guerre à fait fuir des millions des tchadiens et tchadiennes à l’extérieur du Tchad. Certains avaient trouvé refuge juste dans les pays frontaliers mais d’autres sont partis au-delà des pays voisins. Mais vivre à l’extérieur de son pays d’origine n’est toujours pas une chose facile. Si les Tchadiens ne sont pas inquiétés dans les autres pays où ils avaient trouvé refuge mais en République Centrafricaine leur vie  est un véritable cauchemar. 
 
Pendant des années et jusqu’à aujourd’hui et peut être même demain, tous les problèmes, tous  les échecs de ce pays ont toujours trouvé comme cause les ressortissants du Tchad. A tord ou à raison, les Tchadiens doivent payer tous les pots cassées de tous les malheurs de ce Pays qui se dit frère. 
 
Dans un silence absolu, sans tambour ni trompette les tchadiens y laissent leur vie presque tous les jours. Pour beaucoup de nos frères centrafricains, un musulman ne peut pas être autre chose que Tchadien. Les Gendarmes, les  Policiers, les Gardes présidentiels en tout cas tout homme en tenu doit remplir le panier de nourriture de sa famille par les sous des souffrances des pauvres commerçants ou débrouillards tchadiens exerçant dans les différents marchés des villes et des villages ramassés lors des contrôles de pièces d’identités. Cela ne gène personne puis c’est devenu quelque chose de normal !
 
L’intégration ou l’inclusion sociale tant demandée ou voulue  et même exigée par l’Union africaine n’a aucune valeur  dans ce pays frère et ami. Dans tous les discours qui se tiennent lors des rencontres entre les autorités de ces deux pays, on nous dit  toujours que les deux peuples sont liés par l’histoire et rien ne les séparera. Oui on aimerait bien croire mais dans les faits et seulement en République Centrafricaine les réalités sont amères.
 
Aujourd’hui, nous pouvons bien affirmer que plus de 30 % des jeunes ‘’tchadiens’’ vivant en Centrafrique et qui sont en réalité des centrafricains car n’ayant jamais mis pied au Tchad, ne connaissant aucun autre pays dans leur vie que la République Centrafrique ont pour campagne une femme d’origine centrafricaine et la plus part avec des enfants mais seulement cela ne peut être positif pour l’intégration que dans un  autre pays mais pas en Centrafrique. Il suffit d’un peu pour qu’on vous rabâche tout au visage. 
 
L’arrivée des Séléka aujourd’hui au pouvoir a malheureusement accentué  d’avantage la haine et l’xénophobie en vers  ce peuple qui ne demandent qu’à vivre en Paix. Pour une bonne partie des  centrafricains, intellectuels ou analphabètes ce nouveau régime est amené par le Tchad alors les tchadiens vivant en Centrafrique doivent payer les frais. Mais est-ce que cette raison tient ? Je ne pense pas ! Parce que le régime sortant à été aussi appuyé par le Tchad mais cela n’a posé aucun souci. La seule raison valable ce que le président est de confession musulmane et ce Pays n’est pas encore prêt ni mûr à accepter un musulman à sa tête c’est aussi simple que ça d’où  les multiples alertes médiatiques dans les journaux, sur internet, dans les ondes en tout cas partout on cris que le pays est annexé par les islamistes. Des pillages, des viols des crimes sont attribués aux Séléka même ceux qui n’avaient que des nattes dans leur maison pour dormir car on se connait bien en Centrafrique  affirment être dépouillés de tout. Oui !!! Mais quelle est la responsabilité des pauvres musulmans tchadiens ou centrafricains qui aujourd’hui sont massacrés par les soient disant Anti-Balakas qui sont en réalité les partisans de Bozize à Bossangoa, à Ndjo à Mbaïki Bangassou etc  et que personne ne dénonce? Bref….
 
Qu’est ce que nous attendons du Tchad ?
 
Il est vrai que cette situation ne peut jouer en aucun cas de manière négative dans les relations entre les deux Pays. Ils resteront toujours soudés et ne se laisseront jamais influencer par les manœuvres politiciennes  des gens de mauvaise fois qui ont perdu le pouvoir et cherchent à semer des troubles entre les deux pays et surtout les deux religions pour pouvoir y revenir. Toutefois  cela ne devrait pas exclure qu’il est temps que le Tchad pense à mettre en place une politique de « Retour au Bercail ». Aujourd’hui Dieu merci ! Le Tchad a retrouvé la Paix et il est en pleine croissance à tous les niveaux Tous ces enfants qui ne sont pas acceptés ailleurs ou qui ne se sentent pas l’aise en Centrafrique doivent être aidés à renter à la maison.
 
Mais comment ?
 
La politique de « Retour au bercail » devrait être quelque chose de bien organisé. Tout un projet doit être mis en place. Ce n’est pas amené un avion ou des camions  et hop ! On embarque tout le monde comme par le passé non !! L’idée est d’avoir une ‘’Réflexion’’ de Bangui à Bangui’ (prononcé Bangui prime)  ou  Centrafrique à Centrafrique’‘ (Centrafrique prime) en Géométrie on parle des transformations géométriques et les déplacements de figures. Nos amis géomètres comprennent mieux.
 
Le projet à élaborer doit prendre en compte :
 
Recensement de tous les ressortissants tchadiens en Centrafrique qui disposent d’une maison d’habitation personnelle à Bangui ou en Centrafrique en Général
L’Identification un vaste terrain à Ndjamena même à plus 50 Km cela ne pose aucun problème
o Sur ce terrain l’Etat doit :
Construire des routes
Construire des écoles
Construire des marchés
Construire des hôpitaux
Construction des mosquées
Construction des églises
Construire des terrains foot ball, Basket etc
En tout cas tout ce qu’il faut pour une ville
Dimensionner le terrain par lot égal ou un lot par famille
Baptisé le Quartier ou la zone « Bangui’»
Etc. .
 
‘’Attribution’’ des terrains aux  bénéficiaires recensés déjà à l’avance en Centrafrique (Ici il faut faire très attention pour ne pas que les riches de Ndjamena ou ailleurs viennent prendre plusieurs terrains). L’acquisition des terrains peut être gratuit ou moyennant quelque chose que seuls les Tchadiens de Centrafrique qui sont concernés à ne pas mélanger avec les autres tchadiens vivant ailleurs car cette  politique concerne que la Centrafrique
Pour la construction des maisons, il y’a deux options :
o L’Etat construit et donne à crédit au bénéficiaire avec remboursement à long terme (Une construction de même type respectant une même architecture etc)
o Chaque bénéficiaire se débrouille à construire quelque chose avec un petit appui de l’Etat
Il est de même pour les marchés : Construction des magasins, des tables et les attribués aux tchadiens commerçants
Ect.
 
Alors si ce projet réussi, nous sommes convaincus qu’une bonne partie des Tchadiens rentreront à la maison et nous limiterons les souffrances des Tchadiens en Centrafrique.
 
Il faut noter qu’en Centrafrique, les grands commerçants, une bonne partie des clients qui achètent le plus, et aussi une bonne partie des consommateurs sont  des tchadiens eux même. Ils vendent, ils achètent et ils consomment eux même. Alors s’ils se déplacent à Ndjamena, une fois installés, il n’aura pas de grandes différences et ça sera aussi une nouvelle source de revenu à l’Etat : Paiement d’impôt et autre.
 
Zegou Abdill



EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements