Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : Un chef de Boko Haram, homme le plus recherché du territoire


Alwihda Info | Par Alwihda Info - 14 Juillet 2015 modifié le 14 Juillet 2015 - 21:23


Au niveau actuel des auditions et aveux, "nous connaissons les noms des kamikazes explosés et les principaux membres de la secte suivant leur spécialité", précise le Premier ministre.


Un véhicule de la croix-rouge au grand marché de N'Djamena, peu après l'attentat kamikaze du 11 juin dernier. Alwihda Info/D.W.W.
Un véhicule de la croix-rouge au grand marché de N'Djamena, peu après l'attentat kamikaze du 11 juin dernier. Alwihda Info/D.W.W.
A ce jour, 183 personnes, membres de la cellule de l'Etat Islamique en Afrique de l'Ouest (Boko Haram) au Tchad ont été interpellées ; "à part un des chefs les plus recherchés sur le territoire, les principaux chefs opérant au Tchad ont été interpellés", a révélé le Premier ministre tchadien, avant-hier, dans une communication. L'un de principaux responsables de Boko Haram au Tchad, surnommé Elhadj Oumar, clairement identifié par les différents services de renseignements et activement recherché depuis le 30 juin, n'a pas pu être appréhendé jusqu'à maintenant, malgré la forte mobilisation des forces de l'ordre et agents de renseignements.

Le 15 juin 2015, quelques heures après le double attentat terroriste perpétré à N'Djamena et revendiqué par Boko Haram, le Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de N’Djamena ouvrait une enquête sur ces attentats terroristes. "Patiemment et méthodiquement, l’enquéte se poursuit et se trouve en ce moment dans sa phase de conclusion", a souligné le chef du gouvernement, Kalzeubé Payimi Deubet, dans une déclaration, ce lundi.

Les bombes et explosifs acheminés en pièces détachés au Tchad

Au niveau actuel des auditions et aveux, "nous connaissons les noms des kamikazes explosés et les principaux membres de la secte suivant leur spécialité", précise le Premier ministre. Il y en a qui sont spécialisés dans le convoyage des véhicules et des armes, il y en a qui sont spécialisés dans le recrutement, dans le choix de ceux qui se font exploser. Il y a lieu de noter que ce sont des gens qui travaillent par secteurs très cloisonnés. Il arrive même que les gens d’un même secteur ne se connaissent pas, moins encore d’un secteur à l’autre. Les personnes explosées sont des personnes étrangères, même si par complicité, elles ont des pièces d’identité et d’Etat Civil tchadiens. Les bombes arrivent très certainement, selon les aveux de certains d’entre eux, en pièces détachées et sont montées sur place.

"Leur propre mort et les massacres d’un plus grand nombre possible de tous ceux qui ne sont pas leurs adeptes semble être pour eux la seule voie pour aller dans ‘’leur’’ paradis", selon Kalzeubé Payimi Deubet.