Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
Revue de Presse

Tchad : Une plainte deposée à la CPI par l'ADH contre bozizé, son fils et certains proches


- 12 Février 2014 modifié le 12 Février 2014 - 08:23


Le Président de la République Idriss Déby a reçu ce matin une délégation de la Coalition des ADH pour la défense des victimes en Centrafrique. Les membres de cette organisation sont venus s’entretenir avec le Chef de l’Etat sur la situation en RCA.


Tchad : Une plainte deposée à la CPI par l'ADH contre bozizé, son fils et certains proches
N'DJAMENA (DGCOM Tchad) - La Coalition des ADH pour la défense des victimes en RCA est une structure vient d’être créé. Trois organisation à savoir, le Réseau des ADH du Tchad de Djidda Oumar, la Coordination des associations de la société civile pour la défense des droits de l’homme(CASCIDHO) de Mahamat Digadimbaye et l’Association de bienfaisance et des droits de l’homme de Abakar Youssouf Zaïd ont uni leurs forces pour faire entendre la voix des victimes tchadiennes en RCA auprès des juridictions internationales, notamment de la CPI(Cour pénale internationale). 
 
Les leaders de ces organisations de la société civile sont venus ce mardi matin rencontrer le Président de la République et échanger avec lui sur les actions qu’ils comptent mener afin de poursuivre les auteurs des exactions commises sur les tchadiens en République centrafricaine. Dans ce pays,voisin, depuis le déclenchement de la crise, des tchadiens ont été pris pour cibles par les milices Anti-balakas. Des pires atrocités ont été commises sur nos compatriotes et c’est pour faire la lumière sur ces crimes que la coalition a saisi les instances internationales de défense des droits de l’homme. 
 
Ce qui s’est passé en RCA, selon Djidda Oumar, Secrétaire général des ADH du Tchad et membre de cette coalition, est un génocide.« Nous avons discuté avec le Président de la République sur la situation des tchadiens vivant en RCA et des rapatriés. Les tchadiens ont été victimes d’actes génocidaires organisés, préparés et orientés par l’ancien Président, François Bozizé et son fils Francis Bozizé, ex-ministre de la défense. Ils sont les bras séculiers des anti-balakas. 
 
En tant qu’organisations de défense des droits de l’homme, nous avons le devoir de défendre les tchadiens et tous ceux qui sont victimes des exactions en RCA. Nous avons saisi par communication, la Cour pénale internationale. Nous allons nous mettre au travail et poursuivre Bozizé et compagnie. Ils répondront de leurs actes devant la justice », a déclaré Djidda Oumar.