Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

Tchad: Une solution pour le projet d’aménagement du bahr Linia ?


Alwihda Info | Par Alwihda Info - 24 Novembre 2010 modifié le 24 Novembre 2010 - 04:16

Il faudrait créer des mini pôles de développement économique autour des deux marchés ruraux d’alimentation de la capitale en produits agricoles et maraîchères principalement les marchés de Linia et de Karkam. Le quatrième point vise à restaurer l’environnement situé à l’Est de la ceinture verte et soumis à la rude pression de l’urbanisation.


Par Bou-ah Mawa- Alwihda actualités

L’objectif de cet atelier était de définir avec les acteurs impliqués dans les choix qui conduiront vers la solution  pour le projet d’aménagement du bahr Linia, de s’approprier  les résultats des analyses faites par le bureau d’études, d’échanger sur les aménagements envisagés et d’identifier celui qui paraît le plus cohérent et enfin d’échanger sur les thématiques particulières.

 

Celles-ci souhaitent que le cours d’eau soit aménagé afin de reverdir les  riches plaines indispensables à la productivité, source d’auto suffisance alimentaire.   En guise de rappel, le bahr Linia est un ancien bras secondaire du Chari. Ce cours d’eau s’écoule vers le Lac Tchad en passant par Linia, Karkam et Djermaya. Il a été constaté ces dernières années que la baisse des crues du Chari et le comblement de plus en plus important du li, du bahr Linia ont réduit puis arrêté l’écoulement des eaux dans son chenal. Ce qui pénalise l’activité agro-pastorale  des populations riveraines. Raison pour laquelle le MATUH a initié un projet quadruple. Il s’agit dans un premier temps de faire en sorte que l’eau revienne régulièrement dans le bahr Linia  en faisant des aménagements relatifs au  drainage des eaux.

 

Il faudrait  créer des mini pôles de développement économique autour des deux marchés ruraux d’alimentation de  la capitale en produits agricoles et maraîchères principalement les marchés de Linia et de Karkam. Le quatrième point vise à restaurer l’environnement situé à  l’Est de la ceinture verte et soumis à la rude pression de l’urbanisation.

 

Ouvrant les travaux de cet atelier le Secrétaire Général représentant le Ministre M. Dobingar Allaissem,  a souligné qu’il s’agit dans le cas précis d’un grand projet qui fait appel à plusieurs départements ministériels. Ensuite il a surtout  insisté sur l’expertise des colossaux moyens financiers.  Il a par ailleurs ajouté que les partenaires contactés ont trouvé l’idée porteuse d’avenir. Parmi ceux-ci citons l’AFD qui  a accepté financer les études pour explorer   les possibilités de réalisation de ce projet.

 

Le SG a précisé pour sa part que l’AFD envisage financer les aménagements hydrauliques et agricoles à hauteur de cinq millions d’euros.  Ceci est hormis les éventuelles participations d’autres bailleurs de fonds et l’Etat tchadien.

 

Pour sa part la représentante de l Agence  Française de Développement, Alexandra  Rossi a rassuré que son institution est déterminée pour accompagner le Tchad