Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
Enquête

Tchad, à quoi joue le Ministre Abdérahim Birémé Hamid ?


Alwihda Info | Par - 31 Décembre 2014 modifié le 31 Décembre 2014 - 11:57

L’influence des hommes d’Affaire dans la gestion publique au Tchad a pris une ampleur inquiétante, jamais égalée jusqu’à nos jours. Le Gouvernement de Pahimi en est la grande victime. Le Ministre de l’Administration du Territoire et de la Sécurité Publique, Abdérahim Birémé HAMID, en a joué le jeu, qui, au finish risquerait d’être fatal pour l’Administration publique.


photo ATPE
photo ATPE
Tout a commencé, quand deux individus qui portent presque les mêmes noms, se disputent une nomination dans le Décret n°1442/PR/PM/MATSP/2014. Il s’agit de Mahamat Adam Mahamat et Mahamat ADAM. Le premier est issu d’un parti allié de la majorité, PDRT (Parti pour la Démocratie et la Réconciliation au Tchad) et le second est un proche d’un homme d’Affaire du nom Ahmat Ab-Yangour. Le nom et le prénom complet, assigné dans le décret et nommé sous préfet d’Adré est Mahamat Adam MAHAMAT. Au moment où le nommé Mahamat Adam MAHAMAT, est parti pour prendre service, dans son lieu de travail, il se heurte au second qui revendique le même poste. Les autorités régionales n’ont pas pu gérer la situation. Elles les ont renvoyés au Ministère concerné pour la suite. Le Ministre de l’Administration du Territoire et de la Sécurité Publique, Abdérahim Birémé HAMID, en sa conscience, aurait tranché en faveur du proche de l’homme d’Affaire, Mahamat ADAM, si bien que le nom décrété est Mahamat Adam MAHAMAT, celui du militant du parti PDRT.
Mais, le hic dans cette confusion, est que, selon nos sources proches du dossier, l’homme d’Affaire Ahmat Ab-Yangour aurait joué de tout son poids auprès du Ministre pour faire pencher la balance au profit de son protégé Mahamat ADAM. En deuxième lieu, un autre point qui semble bien fâcheux s’ajoute aux murmures de la coulisse. L’homme d’affaire et son protégé sont les ressortissants de la même région qu’Abdérahim Birémé HAMID, ce qui justifierait, semble-t-il, son choix. Si cela se confirme, l’Administration publique tchadienne et tout ce qui la compose, sombreront dans l’incrédibilité totale et le Gouvernement de Pahimi, déjà affaibli par les multiples problèmes publics, aura du mal à supporté le poids de ce virage mortel de Birémé.
La décision du Ministre a fait des bruits dans les coulisses politiques et les chefs des partis alliés ont mal gobé. Etant donné que le sacrifié, Mahamat Adam MAHAMAT est, par avant, nommé sous préfet adjoint à Guidari, dans la région de la Tandjilé, par le décret n°147/PR/PM/MISP/2014 avant d’être appelé à d’autres fonctions, pour motif, la suppression des postes de sous/préfet Adjoint, il serait difficile de le disqualifier au profit d’un individu qui porte, à peu près son nom. La victime s’est justifié avec toutes ses pièces d’identification possible, y compris ses anciennes attestations de prise de service, de présence effective et des papiers des ordres de mission, mais il n’a obtenu gain de cause. La décision du Ministre de l’Administration et de la Sécurité Publique Birémé HAMID étant prise, le parti PDRT tourne en rond et ne sait pas à quel sain se vouer.

Mahamat Ramadane
Journaliste-reporter Alwihda Info. Tél : +(235) 63 38 40 18 En savoir plus sur cet auteur

Enquête