Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

Tchad: 'affaire Hisseine Habré'


Alwihda Info | Par - ҖЭBIЯ - - 31 Juillet 2008 modifié le 3 Août 2008 - 00:34

A la lecture des points de vue des nostalgiques et particulièrement les propos tenus et rapportés dans une manchette sénégalaise, de l’ex 2ème dame de notre pays, manifestement désarçonnée : Fatimé Raymonde. Elle disait à peut près ceci : « Hisseine Habré n’a tué personnes, tous ses opposants ralliés sont encore en vie….Kamougué, Acheik Ibni Oumar etc.. » et d’ajouter « ….le rapport de la commission d’enquête sur les crimes et détournements commis sous le règne de son époux fait partie d’un montage pour accabler monté par les services secrets d’Idriss Déby aidé à cet effet par les français… » Malgré les maux de ventre que ce genre de propos a pu me provoquer, à la lecture de ce propos, je puis me dire que madame a peut être raison !


Tchad: 'affaire Hisseine Habré'
Il ne vous a certainement pas échappé, depuis quelques semaines des proches de l’ancien Président du Tchad montent au créneau pour crier à une conspiration sénégalo internationale tendant à faire juger notre ancien Président.

Bien que tout ce qui est dit par ses proches depuis le début des poursuites à l’encontre de leur protégé soit de nature à nous faire sursauter, je me suis toujours dit que dans la situation actuelle que traverse notre pays, il serait souhaitable de me focaliser sur les problèmes actuels et d’y revenir le moment venu sur le cas Hisseine Habré dont j’accorde aux siens le fait qu’il ne pourra pas être jugé objectivement dans la mesure où plusieurs de ses anciens lieutenants et autres tortionnaires sont arrivés à se recycler à l’agence nationale de sécurité (ANS) ou cherchent à se donner une nouvelle virginité dans l’opposition armée contre le régime actuel.

A la lecture des points de vue des nostalgiques et particulièrement les propos tenus et rapportés dans une manchette sénégalaise, de l’ex 2ème dame de notre pays, manifestement désarçonnée : Fatimé Raymonde. Elle disait à peut près ceci : « Hisseine Habré n’a tué personnes, tous ses opposants ralliés sont encore en vie….Kamougué, Acheik Ibni Oumar etc.. » et d’ajouter « ….le rapport de la commission d’enquête sur les crimes et détournements commis sous le règne de son époux fait partie d’un montage pour accabler monté par les services secrets d’Idriss Déby aidé à cet effet par les français… » Malgré les maux de ventre que ce genre de propos a pu me provoquer, à la lecture de ce propos, je puis me dire que madame a peut être raison !

Abdelkader Kamougué, Acheik Ibni Oumar, Senoussi Katir, Jean Alingué, Pierre Tokino, Nadjo Abdelkerim, Bachar Gadaya pour ne citer que ceux là sont biens en vie. Je pourrais encore ajouter à cette liste non exhaustive les généraux Djogo et Kotiga qui sont morts dans leurs lits.

Une question toute simple s’impose : pourquoi si le couple Habré n’avait rien fait s’obstine t-il à éviter les juges ? Pourquoi madame s’échine-t-elle à faire protéger leur couple contre qui on ne sait par des confréries sénégalaises ? Pour moi ce genre d’affirmation est tout simplement un « pêché par ignorance » et je puis me permettre de lui dire, qu’elle aurait manquée une bonne occasion de ne pas la ramener.

Pour les autres nostalgiques et adeptes de la théorie du complot, ils oublient que beaucoup des tchadiens n’ont pas eu la chance de ces derniers. Ils peuvent encore dans leurs démonstrations du complot dire que tous ceux qui ne sont pas actuellement auprès des leurs, arrêtés par la DDS, leurs disparitions est de la seule responsabilité de Déby et autres « zélés » de la DDS agissant pour leurs comptes afin de défendre je ne sais quels intérêts !

Bien même si c’était le cas, je ne me souviens pas de mémoire que l’ex-président Hisseine Habré eut à réprimander pour « excès de zèles » ses sbires et autres tueurs de la DDS, responsables de l’arrestation des centaines et des centaines de tchadiens .

L’ex-président dont ses supporteurs ne manquent pas un seul instant d’exprimer sa grandeur son sens de la responsabilité etc.…qu’ils m’expliquent comment nos parents, frères, sœurs et amis, disparus à la DDS et un ex-président si compétent qu’on veuille me faire croire ne soit pas au courant de leurs disparitions dans les prisons du pays ou il était censé en être le président ? Qu’ils viennent me dire qui était le premier responsable à cette époque ? A ma connaissance, un président de la République, premier magistrat, chef suprême des forces armées et de sécurités, sauf s’il était un minable du genre « arrivé au pouvoir par accident » pourrait prétendre ne pas être au courant de ce qui se passait dans le pays ou il était censé en être le chef et rejette la responsabilité sur des seconds couteaux ! Naturellement si c’est le cas d’Hisseine Habré que ces proches voir lui-même fasse cet aveu et je saurais à quoi m’en tenir.

Un certain Ali Souleymane dans son délire, publiait sur les sites en ligne une de ses feuilles de cactus qui ne laisse pas indifférent. On peut lire ceci : « ……S’il y eut quarante mille personnes disparues sous son règne, pourquoi ses détracteurs n’arrivent-ils pas à présenter quarante mille plaintes en bonne et due forme ? Croyez-le-moi, ils n’en ont pas quarante avec preuve à l’appui… » En lisant ce passage, je me suis dit si ce qu’il dit est vraie, pourquoi alors avez-vous peur d’aller en justice ? Vous avez omis que depuis tous ce temps, votre héro était protégé par les lois du pays d’accueil en l’occurrence le Sénégal, lois qui bloquaient toutes démarches à son encontre ; voila que les conditions sont réunies et vous verrez bien lors du procès si ce que vous niez avec méprit n’est qu’« imagination » La seule chose positive dans le texte, c’est que l’auteur savoure les délices de la liberté d’expression que ton héro nous avaient privée. Franchement si tu avais écrit ce genre de papier sous Hisseine Habré pour faire l’éloge de Goukouni ou Malloum par exemple croit moi que la DDS serait au rendez vous !

Vous niez l’évidence des disparitions et des crimes commis. Pour te rafraîchir la mémoire et celle de ton héro, Abbas Kayangar dans son article en guise de droit de réponse a cité des noms de personnes bien connues dans le ndjaménois et pour certain comme Ahmat Dadji membre du comite central de l’UNIR ex PDG de la SONASUT ; il fut aussi l’un de ses proches collaborateurs pendant les « difficiles » moment du CCFAN 1979 à 1982 ou encore Ahmat Lamine le père adoptif de la mère des deux petits fils d’Hisseine Habré qui sont actuellement avec lui à Dakar et certainement font sa fierté. Rien que pour ces cas, vous n’allez pas nous dire que leurs disparitions à la suite de leurs arrestations par la DDS en mai 1987 étaient « méconnues » ou il en était pour rien ton « grand président » Hisseine Habré.

Autre cas qui pourrait être relevé ; l’exécution sommaire à son domicile par les éléments de la BSIR (bras armé de la DDS) au quartier « Italdine-garangoussou » à la mi mai 1987 du membre du Conseil national consultatif (CNC) le parlement provisoire, Feu Khamis Mamoundo. Comment expliquez vous l’exécutions sommaires de cette personne qui disposait conformément aux dispositions de l’acte fondamental (constitution de cette époque) de l’immunité parlementaire ? Voila ce qu’était le régime de ton héro de tous les temps !

Pour finir, je me permettrais de citer ce que le juge Jackson, juge au procès de Nuremberg, avait dit aux criminels NAZI qui se complaisaient à plaider non coupable : « Chers monsieur, bien que vous n’ayez pas donner cette chance à vos victimes, c’est votre droit le plus absolu de ne pas plaider de votre culpabilité, néanmoins ayez l’audaces et le courage d’expliquer aux survivants et aux familles des victimes vos forfaitures ».

Ce qui m’emmène à dire aux proches d’Hisseine Habré : Vous n’avez pas manqué de tarir d’éloges la justice sénégalaise lorsqu’elle avait intercédé en votre faveur en 2002 et 2005. Vous avez interprété ces décisions de justice comme étant celles de la raison contre une « affabulation » et une chasse à l’homme par des « négriers » d’une nouvelle génération.

Aujourd’hui si ce même Sénégal reforme sa loi pénale pour permettre que justice soit rendue et peut être même acquitté Hisseine Habré, alors ayez la faveur de ne pas aller en perdant face à la justice des hommes et avoir un peu d’humanité, d’humilité, pour le moins ce qui vous restes, envers les milliers des veuves et des orphelins que nous sommes.

Pour nos compatriotes qui ont trouvé un malin plaisir à travers la toile à faire l’apologie de ce genre de régime et souhaitent d’autre part la victoire de la rébellion armée pour instaurer disent-ils une « démocratie » au Tchad. Quand bien même je suis impliqué dans les « convulsions » du moment à l’Est de notre pays, je me pose souvent cette question comment peut-on être nostalgique du régime Habré celui de Tombalbaye, Malloum affidés ou ouilles à celui de Déby et parlé de démocratie ? Lorsqu’on sait que le principe cardinal de la démocratie est la justice et le respect des droits de l’homme ; tout le contraire de ce qu’on a connu au Tchad depuis notre « indépendance ». Je remarque aussi que si rien ne marche au sein de l’opposition armée, c’est aussi parce que nous n’avons jamais réussi à extirper ses démons du passé.

Issakha Gougnata