Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : la littérature au devant de la scène avec un nouveau recueil


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 8 Octobre 2017 modifié le 8 Octobre 2017 - 15:30


La deuxième édition du prix de la nouvelle « les enfants de Toumaï » est prévue pour 2018.


​La salle de conférence du CEFOD a abrité hier, samedi 7 octobre 2017, une conférence de presse organisée par l’Association des écrivains tchadiens d’expression française (ASEAT) pour présenter le recueil de nouvelles issue de la première édition du prix littéraire dénommé la Journée de l'Enfant Écrivain. 

Ce concours littéraire vise à donner à la littérature tchadienne plus de visibilité, par son contenu riche mais méconnu, toute l’aura qu’elle mérite. Ce recueil de nouvelles issu de la première édition du prix littéraire "les enfants de Toumai" est un recueil de 102 pages qui est composé entre autres du "Tibia de Sao", "la journée de l'Enfant Africain", "Ronel", ou encore "Je ne suis qu'une mineur". 

Ces six nouvelles réalisées dans six ambiances différentes et compilées dans un recueil préfacé par l'écrivain français Thomas Dietrich, relatent les histoires du tibia d'un squelette préhistorique volé par un gardien de musée, d'un orphelin errant dans N'Djamena courant après sa chance, d'une jeune fille dont le destin est broyé par l'excision, d'un mariage forcé, des patrons qui ressemblent à tant d'autres patrons. Dans la dernière partie du recueil, il est évoqué le sort de quatre amis enseignants, deux femmes, deux hommes et enfin l'amour qui s'invite. 

Les conférenciers Mbaigannon Mbayo, Mairo Porel, Boniche Porel, Mbaibe Guertar Baba, Ngodji Taramba Ronel et Nicole N'doubayo Momadje ont mis un accent particulier sur l'épineuse problématique du désintérêt de la lecture des enfants africains, un fléau qui touche les enfants de Toumai submergés par la paresse, les empêchant ainsi de fréquenter les bibliothèques pour faire la lecture. 

Par ailleurs, ils reprochent aux parents de ne pas encourager leurs enfants à aimer la lecture. Ils les invitent à sensibiliser leurs progénitures à l'importance de la lecture, notamment en fréquentant les bibliothèques. 

Mbairo Sorel -dont le 3ème prix a été attribué à son récit "Boniche à Katanga"- explique qu'il cherche à attirer à travers son oeuvre l'attention sur le vécu quotidien des enfants de la rue sur les difficultés qu'ils traversent. Une bonne partie de ces recueils de nouvelles seront gratuitement distribués dans des établissements publics et privés du Tchad pour encourager les enfants à adopter une culture de lecture tout en découvrant les différents récits compilés dans ce recueil de nouvelles.

Ces six différents titres écrits par ces écrivains ont été primés lors d'un concours dénommé "les Enfants de Toumai", organisé par l'Association des Écrivains Tchadiens en 2016 dans tout le Tchad. La deuxième édition du prix de la nouvelle « les enfants de Toumaï » est prévue pour 2018.