Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
EDITORIAL

Tchad, le secteur de la santé fait mieux


Alwihda Info | Par - 29 Novembre 2012 modifié le 28 Novembre 2012 - 22:36

On note une amélioration ces dernières années, le décaissement des fonds qui prenait beaucoup de temps. La mise en œuvre des différentes subventions est le point sur lequel le débat a été houleux. Il y a tout de même un certain nombre de faiblesse sur laquelle il faut insister.


La réunion mensuelle pour la concertation sur le secteur de la santé publique au Tchad est ouverte ce lundi 26 novembre à la résidence présidentielle. Elle est présidée par le président de la république Idriss Deby Itno. Cette réunion a regroupé quelques membres du Gouvernement et les partenaires techniques et financiers intervenant dans ce domaine. Il a été question au cour de cette rencontre de la situation étymologique au Tchad et la subvention du fond mondial de lutte contre le tuberculose, le paludisme et le SIDA. Le ministre de la santé publique Dr Mahmoud Naor Ngawara souligne les points débattus : le premier point concerne la situation étymologique, le Tchad a passé de moment déplorable. Et que ces derniers années la situation est sous contrôle. Le Tchad a fait des gros progrès par rapport l’année passée où on compte 32 cas de poliomyélique et le Tchad est actuellement à 05 cas. C’est un bon indicateur qui permet à nos autorités de relancer le combat de l’éradication de cette maladie.

En ce qui concerne la méningite, le Tchad lance la quatrième phase de la vaccination contre le méningite sur l’ensemble du territoire national. Le deuxième point concerne la subvention de fond mondial de lutte contre le paludisme, la tuberculose et le VIH. Depuis 2004 le fond mondial a débloqué 52 milliards de FCFA pour appuyer le Tchad pour l’éradication de ces épidémies. Cela a prévalu de juger positivement l’intervention du fond mondial au Tchad. On note une amélioration ces dernières années, le décaissement des fonds qui prenait beaucoup de temps. La mise en œuvre des différentes subventions est le point sur lequel le débat a été houleux. Il y a tout de même un certain nombre de faiblesse sur laquelle il faut insister. Il s’agit de la gestion des fonds et la mise en œuvre effective du programme au niveau local. Le président de la république se dit satisfait de ce progrès dans le secteur de la santé au Tchad.
Mahamat Ramadane
Alwihda actualités


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements