Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
SCOOP

Tchad: panique à N’Djamena


Alwihda Info | Par - ҖЭBIЯ - - 23 Mai 2008 modifié le 28 Mai 2008 - 19:29

La présence effective et dans la plus grande discrétion à N’Djamena du leader du Mouvement pour la Justice et l’Egalité (MJE), Khalil Ibrahim, arrivé le 20 mai à bord d’un aéronef des forces de défense et de sécurité tchadiennes éveille tous les soupçons. Pourquoi ce rebelle soudanais dont le mouvement a attaqué la banlieue de la capitale soudanaise dix jours plus tôt se retrouve-t-il dans la capitale tchadienne?


Tchad: panique à N’Djamena

Par Ahmed Mohamed Kébir

La psychose s’empare à nouveau de la capitale tchadienne. Un remue-ménage inhabituel bat son plein à N’Djamena. Suite à l’intervention du Président Idriss Deby Itno devant les élus de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale le 19 mai pour exprimer son inquiétude face au préparatif d’une probable « offensive militaire que le régime soudanais serait en train d’orchestrer contre son régime », les Tchadiens s’attendent de vivre à nouveau le remake d’une razzia venue de l’est.

Un climat délétère, fort agaçant empire de fait la dégradation de la situation déjà tendue entre les deux ex-intimes, Omar Hassan Elbéchir et Idriss Deby Itno. Ce qui à l’origine était jugé comme étant un problème entre deux hommes est en train de prendre une dimension internationale. Les usures de représailles auxquelles se sont adonnées les deux régimes sont arrivées à leur paroxysme le 10 mai avec l’incursion des rebelles du MJE jusqu’à Oum-Dourman, aux portes de Khartoum.

Longtemps encadrés, équipés et hébergés par le Soudan, les rebelles tchadiens ont été conviés d’urgence à entrer en conclave le 12 mai à Oum-Dourman. Le huis clos qui a toutes les qualités d’un conseil de guerre aura duré une bonne demi-journée. Ce qui ne laisse pas indifférent N’Djamena qui suit avec beaucoup de préoccupation la dégénérescence de la situation de spéculer sur des préparatifs sérieux d’une réplique imminente pouvant provenir dans les tous prochains jours de la part de Khartoum et ses « mercenaires » (dixit nombre de Tchadiens).

La présence effective et dans la plus grande discrétion à N’Djamena du leader du Mouvement pour la Justice et l’Egalité (MJE), Khalil Ibrahim, arrivé le 20 mai à bord d’un aéronef des forces de défense et de sécurité tchadiennes éveille tous les soupçons. Pourquoi ce rebelle soudanais dont le mouvement a attaqué la banlieue de la capitale soudanaise dix jours plus tôt se retrouve-t-il dans la capitale tchadienne? Qu’y fait-il? Faut-il pour N’Djamena mettre sous haute protection son allié inconditionnel dans la guerre d’usure contre Khartoum suite à l’échec de l’assaut suicidaire du 10 mai? Ce rebelle soudanais du Darfour aurait-il perdu sa guerre contre le régime islamiste de Khartoum pour trouver refuge au bout du compte à N’Djamena? Khalil Ibrahim serait-il sollicité et transporté d’urgence à N’Djamena en vue de renforcer le dispositif en place en cas d’une attaque éventuelle venant de l’est?

La Rédaction essayera d’apporter des éléments de réponse à toutes ces questions dans les heures qui vont suivre. En attendant, c’est la psychose qui prédomine sur le tout N’Djamena. Un mouvement de panique est en train de s’emparer des populations civiles dont une bonne majorité s’active déjà à mettre ses intérêts en sécurité, loin de la capitale.

Kébir

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements