Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
SCOOP

Tchad: une attaque de coupeurs de route fait un mort et six blessés graves


Alwihda Info | Par - ҖЭBIЯ - - 24 Juin 2008 modifié le 3 Juillet 2008 - 01:58

Une bande de hors-la-loi sème la terreur parmi les populations civiles au Tchad. Ces brigands qui n'ont pour Dieu que les biens mal acquis n'hésitent pas à tirer à bout portant sur les paisibles citoyens qui circulent en automobile à l'intérieur du pays. Cette horde constituée en bande organisée sévit au vu et au su des autorités dites compétentes sans que ces dernières aient pu exercer le pouvoir régalien de l'Etat. Tout porte à croire que ces bandits armés sévissent de connivence avec ceux qui mettent des armes de guerre à leur disposition.


Tchad: une attaque de coupeurs de route fait un mort et six blessés graves
De retour d'une mission dans le Sud du Tchad, Tam-Ngar Rimoyal, un employé de la société de téléphonie mobile (CELTEL) a été témoin et victime du récurrent comportement d'une horde de hors-la-loi qui sévit au Tchad. Le forfait se déroule en plein jour entre Kira et Guéré le 19 juin 2008. Accompagné de deux autres personnes, l'employé de la société était au volant d'une 4X4 à double-cabine. Partis de Guéré dans la région de Mandoul à Koumra, les passagers étaient en route en direction de N'Djamena via Kira. "Il était 16 h 46 exactement au moment où nous amorcions un virage dans un tournant lorsque nous sommes tombés sur un véhicule de transport garé en plein milieu de la route", explique Tam-Ngar qui a pris la peine d'appeler la Rédaction au téléphone ce jour pour témoigner.

"Une dizaine d'hommes en treillis a surgi des buissons alentours en courant dans notre direction", poursuit le chauffeur d'une voix remplie d'émotion. "Ils sont tous encagoulés et parlent en arabe dialectal. Ils ont braqué sur nous leurs armes de type kalachnikov, tirant dans l'air et nous ont demandés de descendre du véhicule en nous criant dessus en arabe local", ajoute l'employé. "Ils se sont emparé de nos téléphones portables ensuite nous ont vidés les poches avant de mettre la main sur tous les objets de valeurs se trouvant dans la voiture", détaille le rescapé. "Après avoir commis leur forfait, les coupeurs de route nous ont demandés de partir sans s'intéresser au véhicule", s'exclame-t-il au téléphone.

"Nous avons vu un mort, vraisemblablement le chauffeur de la voiture qui a été attaquée avant notre arrivée et six autres personnes grièvement blessées gisant au sol", a répondu Tam-Ngar à notre question. "A notre arrivée à Kira, nous n'avons trouvé au poste de contrôle routier que deux gendarmes de permanence qui nous ont demandés d'aller donner l'alerte au poste de Koumra", s'est-il indigné et d'ajouter que "les coupeurs de routes m'ont pris plus de 200 000 francs."

Nos voyageurs malheureux ont continué leur périple non sans trop d'amertume et d'indignation vers Koumra. Ils y sont arrivés signaler leur mésaventure et informer les autorités locales qu'ils ont laissé gésir un corps sans vie et six autres personnes se trouvant entre la vie et la mort. Tam-Ngar Rimoyal et ses deux compagnons de fortune ont continué leur voyage jusqu'à N'Djamena avec le spectre de l'horreur qui les hantera certainement pendant de longues nuits. Que serait-il advenu des six personnes blessées pour des pacotilles et abandonnées à leur triste sort dans la brousse? L'on peut être rassuré d'une chose: leurs nouvelles parviendront à leurs proches d'outre-tombe.

Kébir

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements