Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
COMMUNIQUE

Une association centrafricaine veut lutter contre l'impunité


Alwihda Info | Par Lucé Raymond BOMONGO - 27 Septembre 2013 modifié le 27 Septembre 2013 - 13:46


BANGUI. Un soldat de la Séléka tué par des civiles, en réprésailles à des exactions. Crédit photo : Sources
BANGUI. Un soldat de la Séléka tué par des civiles, en réprésailles à des exactions. Crédit photo : Sources
Association des victimes de guerres, mutineries et des crimes économiques en CENTRAFRIQUE communique :

Dans l'optique d'éradiquer la culture de l'impunité et de conjurer le mauvais sort des mutineries et coups d'Etat à répétition par des aventuriers politiques en CENTRAFRIQUE depuis 1966 ;

Une association à but non lucratif a été créée au lendemain de la rencontre débat sur la transition, organisée le 07/09/2013 à Bordeaux par l'observatoire centrafricain de la bonne gouvernance.

La dite association des victimes des barbaries, atrocités et comportements antidémocratiques est ouverte :

A tout centrafricain soucieux d'aider au rétablissement de l'ordre constitutionnel, à la poursuite devant les instances judiciaires nationales comme internationales les auteurs, coauteurs, donneurs d'ordre et exécutants de divers actes de crimes économiques et de guerres (mutineries, renversements ou pas d' un quelconque régime centrafricain par le biais ou non des mercenaires étrangers), crimes imprescriptibles ayant occasionné des spoliations, vols, viols, enlèvements, destructions de biens et immeubles, des enlèvements, des tortures ainsi que des assassinats.

Dans notre courrier daté du 08/09/2013 adressé à son excellence François HOLLANDE Président de la République Française, à Mr. BAN KI-MOON secrétaire général des nations Unies, à l union Européenne, et l organisation internationale de la Francophonie, nous avions préconisé la suspension de la transition, la poursuite de tous les chefs de guerres depuis 1981 et la mise sous tutelle de la RCA.

Force est de constater que la RCA ne sera point mise sous tutelle car le lobby maçonnique a encore une fois de plus peser sur les décisions.

Par ailleurs Le Secrétaire général confirme que "la situation en République centrafricaine est effroyable et intolérable ; et que La communauté internationale doit envoyer un message fort aux chefs de la Séléka pour leur signifier que les meurtres, les pillages et le renversement inconstitutionnel du Gouvernement ne resteront pas impunis...".

En outre, Il demande au Conseil de sécurité d’envisager de prendre des sanctions et d’autres mesures contre les auteurs de violations graves des droits de l’homme, y compris de sévices sexuels contre des femmes et des enfants....

Pour l'association des victimes de crimes de guerres et économiques, les sanctions envisagées doivent concerner tous les assoiffés de pouvoirs de la période de 1981, à ce jour.

Les actions en justice devront permettre à Chaque criminel ou à son entité de pouvoir répondre de ses actes et de dédommager les nombreuses victimes expiatoires qui sont toujours oubliées par les vainqueurs.

L'association des victimes de guerres et crimes économiques recommande à tous les compatriotes centrafricains ainsi qu'aux instances internationales de n'accorder aucune amnistie aux auteurs de ces crimes dont les pardons n'abreuveront jamais la souffrance des victimes et de leurs parents.

L 'Association des victimes de crimes de guerres et économiques met en garde le Président de la transition Michel NDOTODJA, son Premier Ministre Nicolas TIANGAYE, Le Président du conseil National de la transition NGUENDET, le Ministre d' état chargé de la réconciliation GAZAM BETTY ainsi que le Président de l organisation du forum sur la réconciliation Cyriaque GONDA contre toute tentative d' auto amnistie entre copains et parents comme par le passé ( amnistie signée le 29 septembre 1999 ) sous BOZIZE pour les crimes commis depuis 1999.

Nous vous rappelons que les exercices de contorsions machiavéliques et soporifiques (le népotisme, le régionalisme, l' ethnicisme et aujourd'hui le confessionnalisme) auxquels les mêmes acteurs politiques centrafricains y sont habitués depuis le soleil des indépendances doivent cesser car inefficaces.

Dans l 'horizon tant obscurcit par L'ineptie, l incompétence, la haine et la désespérance sociale, le plus promptement possible doivent émerger le déterminisme et la méritocratie.

L 'Association des victimes de crimes guerres et économiques demande, à tout centrafricain un sursaut patriotique et de surcroît, la dépolitisation des actions à mener contre tous les criminels économiques et de guerres en CENTRAFRIQUE .

Fait à Bordeaux le 08 septembre 2013
pour le comité ad hoc
Lucé Raymond BOMONGO


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements