Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REACTION

Vie et mort de LHM : La famille du président Paul Biya indexée !


Alwihda Info | Par - 26 Août 2015 modifié le 26 Août 2015 - 23:30

Mvondo Christian Meba et Frederic Biya, deux neveux du président camerounais, cités par Ndzana Seme, l’ancien employé de l'ex-Société camerounaise des banques (Scb) de 1979 à 1989 comme cadre responsable des crédits avant de rejoindre la presse en qualité de directeur de publication du « Nouvel indépendant ».Il raconte depuis son exil aux Etats Unis d’Amérique, « le dernier calvaire de Léopold Henri Meboé » ; l’ancien journaliste et agent secret camerounais ; décédé le 25 août dans un hôtel à New Jersey aux USA . Voici l’intégralité des déclarations de Ndzana Seme, publiées le 26 août 2015 sur son mur facebook.


Crédit Image N.S: Leo H Meboe "inspectant" l'opposante Kah Walla
Crédit Image N.S: Leo H Meboe "inspectant" l'opposante Kah Walla
 « Rectifions tout d'abord l'information sur le lieu du décès de Leopold Henri Meboe, survenu dans la nuit du 24 août avant 23 heures. L'hôtel où Meboe, sa femme et ses enfants logeaient depuis un temps, et ou il est tombé et mort subitement, de retour d'une course pour acheter la nourriture dans un restaurant, c'est Holiday Inn de Newark, New Jersey, et non pas New York.
Car depuis un temps déjà, L H Meboe n'habitait plus son appartement situé à la frontière New-York et New Jersey. Lui et sa famille ne logeaient pas dans cet hôtel, dans le cadre d'un transit, dans l'attente d'occuper bientôt une nouvelle maison comme nous l'avons dit de première source, mais plutôt définitivement. Ils n'avaient pas un autre endroit où aller habiter. Holiday Inn Newark était leur résidence pour une durée indéterminée.
Vivre dans un hôtel n'est pas du tout confortable. Malheureusement, le régime de Paul Biya a souvent imposé cette souffrance à ses diplomates, une souffrance qui stresse beaucoup d'entre eux. L'on se souvient encore de feu l'ambassadeur du Cameroun en France, Biloa Tang, qui logea pendant des années dans un hôtel parisien, alors qu'une résidence de l'ambassade du Cameroun, située à Neuilly, a un grand appartement vide, dans lequel Chantale Biya avait une fois vécu et donné naissance à Paul Biya Junior. Sans compter qu'au sixième étage de l'ambassade de Rue d'Euteuil a Paris il y'a aussi un appartement meuble et inoccupé.
Des mois avant sa mort, la nuit avant dernière, L H Meboe souffrait donc de vivre avec sa femme et ses enfants dans un hôtel étroit de Newark, la "ville des noirs" de la métropole new-yorkaise, situé dans l'Etat du New Jersey. Il avait depuis des mois, perdu sa maison qu'il louait. Tout ceci, alors que sur la 47th et 2nd Avenue à New York, le Cameroun est locataire depuis 1984 d'un appartement inoccupé, paye $10 000 par mois sans compter les frais du personnel de ménage. Pendant un temps, les neveux de Paul Biya, Mvondo Christian Meba et Frederic Biya y ont habite, tout en étant payés respectivement $2 000 et $1 500 mensuellement par la mission du Cameroun aux Nations Unies, alors qu'ils n'y travaillaient pas en réalité. Frederic Biya était d'abord venu comme étudiant, mais n'avait pris aucun cours nulle part, et était plutôt devenu un soulard et était retourné au pays avec un laissez-passer quand son visa avait expiré. Puis on le faisait ensuite revenir avec un passeport pour occuper un poste de documentaliste a cette mission, poste créé de toute pièce pour lui. Mais les deux sont  retournés récemment au pays et travaillent déjà dans une société pétrolière au Cameroun. Des faits qui auraient utilement fait l'objet des notes de renseignement de Leo Meboe, dont il est finalement rendu victime, mais que l'on apprenait plutôt dans les vidéos de Patrice Nouma.
Mais les ennuis de Leo Meboe remontent déjà à plusieurs mois auparavant.
Car, après avoir atteint l'âge de la retraite, Meboe et sa famille devaient rentrer au Cameroun. Avant son dernier voyage dont il était rentré le 23 août, Meboe avait déjà séjourné six mois a Yaoundé, dans le but de supplier et obtenir du régime Biya, par le ministre des affaires étrangères Pierre Moukoko Mbondjo, une prolongation de son poste à la mission camerounaise des Nations unies à New York, afin qu'il puisse, plaidait-il, construire une maison dans son village pour sa retraite.
Nous ne pouvons pas apprécier le degré de succès de ses démarches et négociations pendant ces six mois à Yaoundé. Toujours est-il que durant ce dernier voyage, feu Meboe supervisait les travaux de construction de sa maison au village, d'après une source locale.
De toute apparence, Leo Meboe n'était pas content de rentrer au Cameroun pour la retraite, certainement parce que tout autour de lui aux Etats-Unis, les gens ne connaissent pas cette histoire de retraite, puisqu'aucune loi ne peut être passée ici qui refuserait le travail à une personne à cause de l'âge. Au contraire, un employeur qui refuse le travail à une personne à cause de l'âge commet le délit de discrimination, un délit réprimé par la loi américaine. Leo Meboe cherchait donc, ainsi que sa famille, à s'installer aux Etats-Unis.
Et pour preuve, une source intérieure à Washington fait état de ce que madame Meboe a sollicité et passé un stage d'essai à l'ambassade du Cameroun à Washington, DC, pour un poste dont le recrutement se faisait sur place à DC, donnant ainsi à la personne recrutée, l'accès aux papiers de résident.
Malheureusement pour madame Meboe, l'ambassadeur Charles Bienvenu Atangana Foe a prononcé son essai comme non concluant. Par contre, Atangana Foe a plutôt recruté à ce poste une ancienne fonctionnaire retraitée du Minrex à Yaoundé, direction des Amériques, du nom de Marie Claire Mandeng. Celle-ci, ancienne copine d'Atangana Foe, d'après notre source, travaille actuellement dans le service de l'ambassadeur, un poste refusé à Mme Meboe. Et Marie Claire Mandeng n'est pas la seule copine qu'Atangana Foe a ainsi importé du Cameroun pour leur donner des emplois à l'ambassade du Cameroun à DC, puisque d'autres sont logées dans son domicile, ou il y'aurait des conflits fréquents avec son épouse légitime, dans ce qui est une vie de polygamie de fait, délit réprimé dans l'Etat de Washington, DC.
Leo Henri Meboe est ainsi victime des vices et tares qui auraient utilement rempli ses notes régulières de renseignements qu'il adressait à Etoudi, à la place de nombreuses fausses informations sur les "opposants de la diaspora" qui les meublaient plutôt. C'est dire que le spectacle de l'enterrement de Leo Meboe ne sera certainement pas enviable, quand on sait ce que "économie de la mort" impose comme exigences aux familles endeuillées, devant une maison non achevée.
Ceci nous rappelle l'enterrement récent, assez chaotique, de notre frère Valentin Mbarga Ndi à Ekombitie, devant une maison non achevée et sans toiture, après que les "élites" du Rdpc aient étouffé la demande de la veuve de l'enterrer à Mvolyé. C'est ainsi que Joseph Owona, un "étranger" venu de Mvengue, s'imposa comme le porte-parole dans un deuil pratiquement boycotté par les villageois, la veuve étant restée à Yaoundé, et les enfants restés au Canada. L'on risque d'assister à un tel chaos lors du deuil de Leopold Henri Meboe.
Quelle est à la valeur du mot "réussite" qu'on entend tout le temps de la bouche des supporters du régime Biya, notamment ces Beti et Bulu qui sont prêts à couper toute tête qui se lève contre leur "régime béti"? Ceci alors même qu'ils se bouffent entre eux comme des crabes dans un panier, le premier à les bouffer étant Paul Biya lui-même, comme en témoignent Kondengui et le sous-sol du Sed ».


 

Ismael Lawal
Correspondant d'Alwihda Info à Yaoundé, Cameroun. +237 695884015 En savoir plus sur cet auteur

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements