Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Vih/Sida et tuberculose : Une campagne de promotion et protection des humains lancée à Abidjan


Alwihda Info | Par Narcisse Yao - 10 Novembre 2017 modifié le 10 Novembre 2017 - 09:33


Contribuer à la promotion et à la protection des droits humains liés au Vih/Sida et la tuberculose, afin d’améliorer l’accès aux services de prévention et de prise en charge chez les populations vulnérables, ainsi que de celles vivantes avec le virus. Tel est le but de la campagne nationale de plaidoyer lancée ce jeudi 9 novembre à Abidjan-Cocody, par l’Ong Association environnement santé (Enda-Santé) et ses partenaires.

Selon Turpin Nguissali, représentante du directeur régional de l’Ong : « le plaidoyer vise un environnement favorable aux populations clés, dans le cadre de la lutte contre le Vih/Sida et la tuberculose ».

Elle a indiqué que la mise en œuvre de cette campagne de deux jours implique, le renforcement des capacités des participants sur la problématique des droits humains liés aux Vih/Sida.

Puis, la présentation de l’état des lieux sur les cas de violation des droits humains exercés sur les populations clés et les personnes vivantes avec le Vih/Sida en Côte d’Ivoire. En mettant en exergue leurs causes et conséquences sur la gestion de cette épidémie, ainsi que la tuberculose dans ce pays.

Ensuite, l’obtention de l’engagement des décideurs et de la société civile à s’impliquer, pour défendre et garantir les droits humains en faveur des populations vulnérables et personnes vivantes avec le virus. Et enfin, la présentation des initiatives en cours et leurs résultats.

Ce plaidoyer s’inscrivant dans le cadre d’un projet dénommé : « Removing legal barriers », qui signifie en français « supprimer les barrières légales » est financé par le Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme, a assuré Turpin Nguissali.

Il bénéficie sur place du soutien des ministères, de la Justice et des Libertés publiques et celui de la Santé et de l’Hygiène Publique, ainsi que du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud).

Ainsi, Traoré Salimata, chef de service des populations hautement vulnérables au ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique, représentante la ministre, Dr Raymonde Goudou Coffie, a appelé à « l’union de tous », en vue de faire face à la pandémie du Vih/Sida. Qui selon elle, touche toutes les couches sociales.

Elle a relevé que d’après les statistiques de 2015, le taux de prévalence du Vih/Sida en Côte d’Ivoire est de 3,7%, avec une prédominance dans la zone d’Abidjan et banlieues.