Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Vulgarisation de la police technique et scientifique en Afrique de l'ouest : Abidjan accueil un atelier de deux jours


Alwihda Info | Par Narcisse Yao - 8 Juin 2017 modifié le 8 Juin 2017 - 09:56

Le directeur général adjoint en charge de la police scientifique ivoirienne, le contrôleur général, Dibi Koffi Bruno, s’est félicité de la tenue de cet atelier qui selon lui, va mettre en lumière le rôle important de la police technique et scientifique.


Un atelier de deux jours portant sur « le rôle de la police technique et scientifique dans l’enquête et le procès pénal», à l’endroit des agents des forces de sécurité et de la magistrature de plusieurs pays d’Afrique de l’ouest s’est ouvert le 7 juin, à l’Ecole nationale de police (Enp) d’Abidjan.

Cet atelier de sensibilisation qui se tient dans le cadre d’un projet dénommé : « Appui au renforcement de la police technique et scientifique en Afrique de l’ouest » (Artecao), est financé par la France. Selon son coordonnateur régional, Emmanuel Prat, l’objectif principal est d’aboutir à une prise de conscience régionale du rôle essentiel de la police technique et scientifique dans la recherche de la preuve, assortie de son utilisation effective et efficace au cours des enquêtes à mener.

Le directeur général adjoint en charge de la police scientifique ivoirienne, le contrôleur général, Dibi Koffi Bruno, s’est félicité de la tenue de cet atelier qui selon lui, va mettre en lumière le rôle important de la police technique et scientifique. Il a également relevé que la police technique et scientifique est un dispositif moderne qui va aider les policiers, gendarmes et magistrats à mieux conduire les enquêtes sur les crimes et autres. Il a traduit la reconnaissance du directeur général de la police nationale, le commissaire-divisionnaire-major, Youssouf Kouyaté, aux partenaires du projet Artecao. Notamment, la Communauté des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao), l’Union européenne (Ue), la coopération allemande (Giz) et l’Etat Français.

Pour sa part, le directeur de l’Enp d’Abidjan, le commissaire principal Touré Albert Kouakou, a souligné que cet atelier de formation va renforcer l’Etat de droit sur la police technique et scientifique à mener des « enquêtes rigoureuses ».