Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REACTION

cinquante ans ont permis aux Tchadiens de s’entretuer


Alwihda Info | Par Alwihda Info - 23 Janvier 2011 modifié le 16 Janvier 2011 - 00:20

"Je propose l’instauration d’une réforme administrative parce qu’il n’existe pas le respect de la hiérarchie"


cinquante ans ont permis aux Tchadiens de s’entretuer

Comme tout citoyen lambda, la célébration du cinquantenaire m’interpelle également, c’est une date historique qui entre dans la vie de tout Tchadien.

 

Si les cinquante ans sont fêtés le 11 janvier c’est une très bonne chose, ce décalage marque une particularité si l’on tient compte de la date de sa célébration ordinaire qui est le 11 Août.

 

Cela s’explique que nous voudrions montrer notre bonne image à travers un moment propice mais là, quelle image allons nous montrer ?

 

Parce que cinquante ans ont permis aux Tchadiens de s’entretuer, de se diviser, de s’empirer dans la misère etc Faisons un peu de l’histoire.

 

Le moment où le Tchad a accédé à l’indépendance n’est pas comparable aujourd’hui au point de vue de développement.

 

Pour être précis depuis l’indépendance, nous ne nous sommes jamais remis sur les rails pour pouvoir prendre en charge nos propres affaires.

 

Depuis cinquante ans et, pour preuve les tchadiens sont immatures, cette immaturité s’explique par un manque de dialogue entre les Tchadiens de toutes les couches.

 

Ensuite, par une situation politique entretenue par les hommes politiques et le pouvoir en place qui ne favorise pas la prise de conscience au niveau national pour un développement unanime.

 

Vous m’emmenez à vous rappeler la  citation d’un journaliste qui disait : « il y a des Tchadiens à part entière et il y a des Tchadiens apparemment entiers » en ce sens, horsmis la division nord-sud, chrétiens-musulmans, s’ajoute un autre « phénomène » riches et pauvres.

 

Ceci  est entrainé par les 20 ans de règne et non 50 ans voyez-vous ? Quel fossé entre les Tchadiens?

 

Parlant du cinquantenaire j’aurai aimé qu’on nous propose les images de tous ceux-là qui sont passés à la tête de ce pays. (…)

 

En principe sur les panneaux publicitaires on devrait ranger les photos des six chefs d’Etat depuis l’accession à l’indépendance jusqu’à maintenant mais pas une.         

 

Vous me demandez si la réconciliation nationale est-elle possible ?

 

Oui, elle est possible si la conscience nationale prime sur les intérêts égoïstes et politiques, il faut entretenir la paix, la tolérance au mépris des autres considérations et c’est à partir de ce moment seulement que nous pouvons rendre effective la réconciliation nationale.

 

Mais du moment où, vous me dites, tel est punissable et tel autre ne l’est pas ou que tel est intouchable et tel autre ne l’est pas, ça ne serait jamais possible.

 

Parlant des doléances, je propose l’instauration d’une réforme  administrative  parce qu’il n’existe pas le respect de la hiérarchie, la déontologie et le manque de la conscience professionnelle.

                                  

Biakzabé André (étudiant)

Propos recueillis par  Dounia Tao

 



EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements