Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

CAMEROUN/ FIPCAM, un agent du ministère des forêts pris en flagrant délit de corruption


Alwihda Info | Par Jean de Dieu NGUEMALEU - 3 Novembre 2016


CAMEROUN/ FIPCAM, un agent du ministère des forêts pris en flagrant délit de corruption
Jeudi 3 novembre 2016 au matin, un agent du ministère des forêts habillé en polo vert, pantalon vert et chaussures montantes à bord d’un véhicule de couleur grise, marque Toyota Corolla immatriculé CE 613 HN en provenance de la route de Yaoundé et en direction de la ville de Mfou. Il a ralenti au commencement de la barrière de la FIPCAM et s’est garé sur la route secondaire non bitumée derrière le safoutier d’un riverain du village Nkolnguet qui a alerté les autres villageois qui ont épié l’étrange personnage. L’agent du ministère des forêts en question a sorti son téléphone et quelques instants après le responsable des évacuations de bois débités en la personne d’ETOUNDI AMOUGOU Léon Paul en service à la FIPCAM a débarqué avec en main un cartable. Il a sorti deux feuilles de papier qu’il a tendu à l’agent, ce dernier les a prise et posé sur le capo de son véhicule, puis y a apposé un cachet et passé une signature. L’employé de la FIPCAM lui a tendu un paquet de billets d’argent et a repris les documents signés. C’est à ce moment là qu’un riverain a surgi en criant, que faites-vous derrière mon safoutier, j’ai tout vu ? L’agent a répondu, vous avez vu quoi ? Et il leurs a tendu un billet de 10 000 FCFA en leurs disant allez boire une bière, vous voulez qu’on vive comment. Le billet d’argent a été confisqué et remis à la chefferie de 3e degré de Nkolnguet qui l’exhibe comme preuve de la corruption entre un employé de la FIPCAM et un agent du ministère des forêts.
Les guetteurs se sont posé la question de savoir pourquoi ces deux protagonistes ne l’ont pas fait à l’intérieur de l’entreprise dans un bureau bien fermé.
La réponse est que le climat social entre certains employés et l’administrateur général adjoint MULLER Stéphane est désastreux à cause des multiples actes de discrimination et manipulation dont ils sont victimes et une atmosphère de suspicion s’est dont installée. Par exemple, le mardi 1 novembre dernier, MULLER Stéphane a convoqué une réunion avec tous les employés de la direction générale pour leurs donner des instructions précises quant à la version des témoignages à faire par rapport aux enquêtes lancées contre lui par certaines institutions de la république.
Le mercredi 2 novembre dernier, MULLER Stéphane a organisé une réunion avec les délégués du personnel et leurs a offert une revalorisation salariale en échange des témoignages en sa faveur auprès des enquêteurs. Ce qui a accentué le courroux de la masse travailleuse lésée.
MULLER Stéphane aurait corrompu une magistrate fonctionnaire de la ville de Mfou avec un camion de lattes et de lambris de bois dans l’intention de l’obliger à dévier les décisions de justice dans le cadre de l’affaire de tentative d’assassinat et d’injures publiques pour laquelle il est poursuivi au tribunal de Mfou.
Le jeudi 3 novembre, MULLER Stéphane a affiché une note de service stipulant que le paiement des salaires du mois d'octobre est reporté à une date ultérieure suite à un problème de transfert de fonds entre le compte bancaire principal de la FIPCAM établi dans un pays étranger et son compte de transit localisé à la société générale Cameroun à Douala. Il a expliqué aux employés que ce sont les anciens employés et les populations de Mfou qui font que l’appel de fonds adressé à la société générale n’aboutisse pas encore. Une preuve d’une bonne dose de manipulation pour essayer de monter les employés en service contre la communauté dénonciatrice des actes frauduleux de la société FIPCAM et de son administrateur général adjoint MULLER Stéphane plongé dans plusieurs affaires lugubres.

Jean de Dieu NGUEMALEU
Journaliste d’investigation
ngedjean@yahoo.com