Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REPORTAGE

Histoire : portrait d’un jeune révolutionnaire tué il y a 41 ans


Alwihda Info | Par Abdelwahid Ahmat - 22 Février 2021


Histoire : portrait d’un jeune révolutionnaire tué il y a 41 ans
Le soleil parait ardent sur cette image en noir et blanc. Dans le viseur de l'objectif photo, c'est Ousman Saleh Haggar, jeune commandant en chef né à Erre (département d'iriba, province du Wadi Fira). Il fût membre du Front de libération national du Tchad (Frolinat) et du Conseil de Commandement des Forces armées du Nord (CCFAN).

Ce jeune commandant a commencé ses études primaires à Ourba dans le département d'Iriba,
avant de continuer à Bokoro (actuel département de Dababa). Il a entamé ensuite ses études secondaires dans la ville de Biltine qui est le chef-lieu de la province de Wadi Fira. Mais il a quitté les bancs de l’école pour rejoindre le FROLINAT en septembre 1978. Le jeune Ousman s’est démarqué bien vite de ses frères d’armes en ce sens qu’il a été nommé chef d’état-major adjoint de la zone Arada et Kalaït sous le patronat de Diguime Gouni. Mais c’est dès lors que survient le décès de ce dernier que le jeune Ousman est devenu le secrétaire général de la même zone en 1979.

Après l'éclatement de la guerre qui durera 9 mois, en février 1980, Ousman et ses troupes se sont dirigés vers la capitale N’Djaména. Perçu comme un homme stratège et faisant preuve de bravoure, Ousman Saleh Haggar sera nommé CEMGA du CCFAN en avril de la même année sous la direction de l’ex-président Hissein Habré. 

Tragiquement, le jeune Ousman Saleh Haggar perdra la vie sur le champ de bataille à N’Djaména à l’âge de 24 ans en décembre 1980. Suite au décès de leur CEMGA, les troupes du CCFAN se retirèrent vers Koulbouss avant de prendre le pouvoir en 1982.

Paix à son âme et celle de ses frères d'armes. Longue vie aux vivants.