Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Terrorisme en Afrique : "demain, c'est tout le continent qui va s'embraser", Idriss Déby


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 11 Novembre 2019 modifié le 11 Novembre 2019 - 07:07


Terrorisme en Afrique : "demain, c'est tout le continent qui va s'embrasser", Idriss Déby.
Terrorisme en Afrique : "demain, c'est tout le continent qui va s'embrasser", Idriss Déby.
Le président de la République du Tchad, Idriss Déby, a fait part de ses inquiétudes sur un possible embrasement du continent africain face à la montée du terrorisme, dans un entretien accordé la semaine dernière à la chaine de télévision Afrique Média TV.

Selon Idriss Déby, "quand il s'agissait du Moyen-orient, ce sont les grandes puissances qui se sont déployées. Quand il s'agit de combattre le terrorisme en Afrique, on nous dit, bon, africains, faites ça, c'est votre problème. Allez-y. S'agissant de l'intervention au Moyen-orient, c'était sur le chapitre 7 (de la charte des Nations Unies qui encadre les actions à mener "en cas de menace contre la paix, de rupture de la paix et d'acte d'agression", Ndlr). Nous c'est ce qu'on a demandé, c'est sur le chapitre 7 mais on nous refuse le chapitre 7. Des complications pour rien."

"Si on doit dire franchement les choses telles qu'elles se passent, je crois que le monde d'aujourd'hui, les grandes puissances qui ont pour ambition de nous contrôler, de contrôler nos pays, c'est plus facile de nous contrôler dans la situation où nous sommes aujourd'hui, lorsque nous sommes menacés par le terrorisme et autres, que quand il n'y a pas de terrorisme", a estimé le chef de l'Etat tchadien.

Le dirigeant tchadien a mis en garde contre un embrassement de tout le continent. "Aujourd'hui, ce sont les pays du G5 qui sont concernés mais demain, c'est tout le continent qui va s'embraser. Les terroristes ne vont pas s'arrêter seulement dans les cinq pays du G5. Vous avez déjà appris qu'en RDC, il y a la naissance d'un Etat islamique. Il ne faut pas vous faire des illusions, les terroristes vont prendre pied dans la forêt. Ce sera plus difficile encore de les combattre. Dans le Sahel c'est facile mais dans la forêt ce serait plus difficile", a souligné Idriss Déby.

"Aujourd'hui on est entrain de transporter le terrorisme du Moyen-orient, ce qui reste du Moyen-orient, à partir Libye vers nos pays", a-t-il ajouté.

"Nous sommes conscients de cette responsabilité"

Le président tchadien s'est également interrogé sur la provenance des membres de Boko Haram et des armes. "Ils viennent de la Libye. Les armes viennent de la Libye, les explosifs viennent de la Libye. Ça traverse l'ensemble de cette zone là jusqu'au bassin du Lac Tchad", a-t-il indiqué.

Ces dernières années, plus de 8000 combattants de Boko Haram ont été tués par les forces de la région dans la zone du Lac Tchad, selon le président tchadien. Il a toutefois précisé que la secte continue à se renforcer depuis la Libye où les armes entrent "en plein jour", alors que le pays est sous embargo.

Idriss Déby s'est dit "conscient de cette responsabilité" et a assuré de l'engagement des pays du bassin du Lac Tchad et des forces qui sont sur le terrain ; "c'est Boko Haram qui lâche le terrain mais ce n'est pas nos forces qui lâchent le terrain". Il préconise de "couper le ravitaillement depuis le pays incubateur qu'est la Libye" et rappelle que la lutte contre le terrorisme est un combat "de longue haleine".