Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERVIEW

Afrique : "Seul le Roi du Maroc agit", l'Ambassadeur Jean-Paul Carteron à Alwihda


Alwihda Info | Par - 24 Mars 2017 modifié le 24 Mars 2017 - 12:28

"Lorsqu'un mirage largue un seul missile, cela coûte 100.000 dollars. Diviser un seul missile par 25$ ,vous regardez déjà combien d'enfants, on peut sauver."


Propos recueillis par Djimet Wiche. Maroc.

L'ambassadeur Jean-Paul Carteron, fondateur du Crans Montana, a accordé un entretien à Alwihda Info.
L'ambassadeur Jean-Paul Carteron, fondateur du Crans Montana, a accordé un entretien à Alwihda Info.
L'ambassadeur Jean-Paul Carteron, fondateur du Crans Montana, a accordé un entretien à Alwihda Info, sur le bateau de croisière, à l'issue du forum sur l'Afrique et la coopération sud-sud qui s'est tenu du 16 au 21 mars 2017, consacré à une réflexion profonde sur l'Afrique. Il évoque entre autre le bilan de l'activité, la prochaine édition, son admiration du Roi Mohammed VI, et l'Union Africaine.

Pourquoi le Maroc ?

Jean-Paul Carteron. Vous, vous apercevrez que la seule zone verte dans la région c'est le Maroc. Le Maroc est un pays sûr, stable, dans lequel on se sent en sécurité, où les affaires prospèrent normalement sous un œil paternaliste et vigilant. Dans beaucoup d'autres pays, ce n'est pas le cas.

Imaginez qu'il y'a 40 ans, le Maroc n'aurait pas repris possession de ce territoire qui avait été colonisé par les Espagnols. Je peux vous dire aujourd'hui que ce serait une république islamique de DAECH. Le rôle structurant du Maroc dans la région en tant qu'État fort, stable et respecté et aussi en tant qu'exemple vis-à-vis du reste de l'Afrique de l'Ouest.

Le Maroc jouit d’une bonne réputation dans le domaine de la paix, de la sécurité et de la stabilité. 
"Lors de sa visite dans un pays africain, le Roi Mohammed VI reste 4 à 5 jours. Il reçoit du Monde. Il va se promener dans la rue. Il va au devant de la foule. Il va dans le marché."

L'ouverture du Maroc sur le reste du Monde

L'ambassadeur Jean-Paul Carteron, fondateur du Crans Montana, a accordé un entretien à Alwihda Info
L'ambassadeur Jean-Paul Carteron, fondateur du Crans Montana, a accordé un entretien à Alwihda Info
L’ouverture du Maroc sur l'Afrique et aussi sur le reste du Monde est un aspect qu'il ne faut pas du tout oublier aussi.

Récemment, nous avons eu une conférence concernant 42 Etats insulaires qui souffrent du changement climatique. Dans ce pays, on n’émet pas un seul gramme de CO2 et on prend toute la conséquence du changement climatique dans la figure. La responsabilité sociale telle que la conçoit le Roi Mohammed VI l’a amené à s'ouvrir très largement en terme de coopération vers le reste du Monde.

On s'aperçoit d'ailleurs lorsqu'il y a de bonnes idées qui sont généreuses, quelles ne sont pas exemptes des intérêts économiques, et que, ce que le Maroc met aujourd'hui en œuvre sur le continent est une coopération qui rapporte de l'argent et des avantages au Maroc.

J'ai été frappé d'une chose que l'on n'a jamais vu ou rencontré jusqu'à maintenant ; Le Roi Mohammed VI fait beaucoup de visites officielles dans les pays africains. Aux frontières de ce que l'on voit habituellement, c’est-à-dire un magnifique jet privé qui se pose demain matin, ensuite, des motards qui se ruent dans la rue, puis un déjeuner, une réunion et un jet qui repart le soir.

Non, lors de sa visite dans un pays africain, le Roi Mohammed VI reste 4 à 5 jours. Il reçoit du Monde. Il va se promener dans la rue. Il va au devant de la foule. Il va dans le marché. Ça c'est très important parce qu'il y a une dimension mystique du royaume qui va au-delà d'une royauté millénaire. Il y’a d'abord un roi qui est le commandeur de tous les croyants du Livre.
"Lorsqu'un mirage français largue un seul missile, cela coûte 100.000 dollars. Diviser un seul missile par 25$ ,vous regardez déjà combien d'enfants, on peut sauver."

Le Roi Mohammed VI est une autorité morale qui représente aujourd'hui, par rapport à un monde qui marche sur la tête, un véritable recours. Il est bien évident que le changement auquel nous allons assister dans les différents pays africains en coopération avec le Maroc sont des changement structurants pour l'avenir. Cette coopération est très importante parce qu'elle permet d'aller au devant d’une catastrophe qui est née de la désespérance dans beaucoup de pays africains, puis elle est structurante parce qu'elle redonne de l'espoir.

Quand vous voyez que le Soudan du Sud indépendant depuis quelques années est devenue une catastrophe humanitaire internationale, le seul pays qui a pris l'initiative structurante c'est le Maroc en envoyant un hôpital. Moi, je représente les Îles Salomon. Nous avons un déficit total des hôpitaux. Quand quelqu'un tombe malade, c'est une catastrophe, si la personne n'a pas de l'argent pour aller se faire soigner à l'étranger. Ce qui se passe au Soudan du Sud c’est quelque chose. On fait des déclarations à la presse, aux Nations-Unies. On entend : "Il faut que ça s'arrête". Il faut qu'on agisse. Qui est-ce qui agit jusqu'à maintenant : C'est le Roi Mohammed VI. Personne d'autre n'a agi.

De temps en temps, un avion passe et largue quelques sacs de farine. C'est tout. C'est l'égoïsme de notre monde. Je dis souvent qu' une ONG basée à Dakar qui s'occupe des enfants, a calculé qu'avec 25 dollars, on nourrit et soigne un enfant pendant un mois. Lorsqu'un mirage français largue un seul missile, cela coûte 100.000 dollars. Diviser un seul missile par 25$ ,vous regardez déjà combien d'enfants, on peut sauver.

Si tous ces politiciens du Monde, parmis lequels il y a les lions danseurs de plaquette, avaient pris conscience du malheur de notre monde, on pourrait bien avancer dans une voie bien différente.

Le Bilan

On fait bouger les choses. Dakhla est sur la carte du Monde. Quand je vois l'enthousiasme de la population de ce territoire du Sud, leur demande en connaissance, en connexion internationale, politique, humaine avec le reste du Monde, c'est extrêmement touchant d'avoir l'exemple d'une paix réussie.

La prochaine édition du forum ?

La prochaine édition c'est entre la main de sa Majesté, car vous imaginez bien que notre organisation n'est pas en même d'organiser un tel événement à Dakhla sans le soutien du gouvernement marocain, pour la simple raison qu'au niveau des infrastructures ,les choses sont incomplètes.

Si nous n'avions pas de bateau, nous n'aurions pas assez de chambres. Nous espérons revenir. Nous pensons que c'est utile et nécessaire parce que je vois combien de fois nous avons banalisé dans le sens positif du terme.

​Que faisons-nous à Dakhla ?

On crée et on offre une plateforme à des décideurs internationaux qui viennent pour voir et parler. Ça, c’est l'exercice d'un droit démocratique de base, se retrouver à plusieurs et échanger des avis sans faire une religion et éventuellement le publier.
"L’UA est un joyau de champs clos où des intérêts politiciens, que je qualifiais de fond citerne, étaient réunis dans tout les sens. On manquait pour l'Afrique le devoir le plus essentiel."

Lorsqu'on veut empêcher les gens de se réunir, c'est qu’on appartient à un système de pensée proche de la Corée du Nord. C'est ce que l'Union Africaine était, jusqu'à ce que le Maroc la rejoigne.

L’UA est un joyau de champs clos où des intérêts politiciens, que je qualifiais de fond citerne, étaient réunis dans tout les sens. On manquait pour l'Afrique le devoir le plus essentiel. Nous avons démontré, quelque soit les difficultés mises sur notre chemin, que Maroc et le Crans Montana étaient le plus forts. Et nous avions la possibilité d'ouvrir cette région au-delà des efforts qui sont déjà fait sur le plan d’investissement pour l'ouvrir au monde.

Nous avions des personnalités très importantes qui sont là comme la famille royale du Koweït, des décideurs internationaux de très hauts niveaux, les promoteurs immobiliers qui viennent grâce au Crans Montana, s'offrir cette opportunité pour prendre connaissance de ce qui se passe ici.

Je ne serai pas surpris qu'il y ait, dans les années à venir, d'énormes investissements dans le domaine du tourisme qui seront réalisés.

Djimet Wiche Wahili
Journaliste, directeur de publication. Tél : +(235) 66304389 E-mail : djimetwiche@gmail.com En savoir plus sur cet auteur