Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

CEEAC : Le Rwanda réintègre l'instrument communautaire


Alwihda Info | Par Présidence - 25 Mai 2015 modifié le 25 Mai 2015 - 19:15

La 16ème session de la CEEAC s’est ouverte ce matin à N’Djaména. Le Président de la République IDRISS DEBY ITNO a présidé la cérémonie d’ouverte.


CEEAC : Le Rwanda réintègre l'instrument communautaire
Sur les 10 Chefs d’Etat de la sous-région, cinq étaient présents. Il s’agit du Président Equato-guinéen, Théodoro Obiang Nguema, le Congolais, Denis Sassou Nguesso, le Gabonais, Ali Bongo Ondimba, la présidente de transition centrafricaine, Cathérine Samba-Panza et bien sûr, le président en exercice de l’institution, le Président de la République IDRISS DEBY ITNO. 

Cette 16ème session s’ouvre au moment où la sous-région est confrontée à des situations d’instabilité et d’insécurité. La RCA, le Burundi, la RDC ou encore la problématique de Boko Haram. 

C’est le maire de la ville de N’Djaména, Ali Haroun qui a planté le décors en souhaitant la bienvenue aux hôtes du Tchad à N’Djaména, la belle capitale du pays de Toumaï. Plusieurs discours ont marqué cette ouverture des travaux.

Le représentant de l’Union africaine a salué les efforts déployés par le Tchad et le rôle joué pour la stabilité et la paix dans la sous-région. « Le forum de Bangui est une réussite. Il reste d’accompagner les autorités de la RCA pour la tenue rapide des élections. L’Union africaine se soucie de la situation au Burundi et nous invitons les burundais au dialogue afin d’éviter à leur pays les affres de la guerre et de l’instabilité », interpelle le représentant de l’Union africaine.

Pour le Secrétaire général de la CEEAC, l’ambassadeur Ahmad Allam-mi, Il est urgent que l’ensemble des Etats contribuent au financement de l’institution. « Lorsque nos Chefs d’Etat ont les mêmes agendas et regardent dans la même direction, notre communauté est capable de relever les plus grands défis », a dit Ahmad Allam-mi qui souhaite que le sommet de N’Djaména débouche sur la redynamisation de la CEEAC, la résolution de problème de son financement et la construction d’une Afrique centrale forte et unie.

En ouvrant la 16ème session de la CEEAC, le président en exercice de l’institution, le Président de la République IDRISS DEBY ITNO a interpellé ses pairs à accélérer le processus de l’intégration sous-régionale. Pour le Chef de l’Etat, les déclarations d’intention doivent laisser la place à l’acte.

Le Président de la République n’a pas occulté la question de la sécurité et de la menace terroriste. « Au moment où la CEEAC se relance en fin, en se dotant d’instrument d’expression de la solidarité, plusieurs vaillants soldats des armées des Etats de l’Afrique centrale continuent de verser leur sang pour la paix que ça soit dans le cadre de la CEEAC, de l’Union africaine ou des Nations unies. Que leur sacrifice ne soit pas vain et qu’il renforce notre conviction à servir le noble idéal de paix. C’est le lieu de féliciter l’intervention des forces du Cameroun, du Niger, du Nigéria et du Tchad contre la secte Boko Haram dont les capacités de nuisance sont fortement réduites », a indiqué le Chef de l’Etat,qui invite ses pairs à l’union sacrée pour transformer le rêve de paix, de sécurité et de stabilité en réalité tangible. 

Au cours de la 16ème session de la CEEAC, le Rwanda a réintégré l’instrument communautaire. 



Dans la même rubrique :
< >

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements