Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Formation/LEAD CAMPUS : Pour une nouvelle génération de leaders pour l'Afrique de demain


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 18 Novembre 2015 modifié le 20 Novembre 2015 - 22:05

FORMATION / LEAD CAMPUS : POUR UNE NOUVELLE GENERATION DE LEADERS POUR L'AFRIQUE DE DEMAIN Tony O. Elumelu invité à partager son expérience au lancement LeAD Campus ; il est source d’inspiration pour le programme selon le secrétaire général de Sciences Po Paris.


LeAD Campus (Leaders pour l’Afrique de Demain) a été officiellement lancé vendredi 13 novembre, dans le cadre d’une cérémonie qui réunissaient les personnalités suivantes : Charline Avenel, Secrétaire Générale de Sciences Po, Anne Paugam, Directrice générale de l’Agence Française de Développement, Jean-Michel Debrat, Directeur Général de la Fondation AfricaFrance et Tony Elumelu, investisseur et philanthrope nigérian ; Président de UBA-United Bank of Africa et Fondateur de Tony Elumelu Foundation. Le programme consiste à détecter les leaders et futurs leaders africains, les réunir dans une communauté, les accompagner dans le développement de leurs compétences et de leurs projets pour assurer la croissance durable et inclusive de l’Afrique, telle est l’ambition du programme LeAD Campus (Leaders pour l’Afrique de Demain). Pilotée par les entreprises du continent, cette formation est co-construite par 4 institutions africaines et françaises : Sciences Po (France), l’Institut Supérieur du Management de Dakar (Sénégal), la Graduate School of Development Policy and Practice (GSDPP) de l’Université du Cap (Afrique du Sud) avec l’appui du CEFEB, Université d’entreprise de l’Agence Française de développement (AFD). Ce programme intensif, bilingue français/anglais, s’articule autour de 3 thématiques spécifiques à l’Afrique : Business, Leadership et Enjeux sociétaux. Les sessions d’une semaine chacune seront organisées successivement en Afrique du Sud, à Dakar et à Paris. Les formations en présentiel seront complétées par un dispositif d’apprentissage à distance innovant conjuguant des cours en e-learning, un business game et du renforcement linguistique. La première promotion de 25 participants, dont la rentrée s’effectuera en avril 2016, sera composée de hauts potentiels aux parcours exceptionnels, issus en grande majorité́ du secteur privé. Hommes et femmes de 28 à 40 ans, ils refléteront la diversité́ socio-professionnelle du continent et proviendront des 5 grandes zones d’Afrique : Nord, Ouest, Est, Afrique centrale et australe. Quant à la cérémonie, elle a eu lieu à la Maison de l'Amérique Latine, devant un parterre composé d'universitaires, de chefs d’entreprises du MEDEF et du CIAN attend ; tous intéressés certes par le programme LeAD Campus, mais tous attentifs au discours de Tony O. Elumelu, invité d'honneur de la manifestation. L’homme très élégant très élégant est en costume bleu, barré de son éternelle cravate rouge. Dès l’entame, il déclare : " Bien souvent je me suis senti seul en me posant ces questions : dans les 30 prochaines années le continent africain deviendra-t-il enfin un continent développé ? Combien de temps l’Afrique prendra-t-elle à émerger ? Aujourd'hui, je me sens moins seul… Je pense que l'Afrique a besoin de plusieurs choses. Premièrement de leadership : oui, nous avons besoin de leaders capables d’informer, de mobiliser et d’inspirer leur peuple. Il est urgent pour l’Afrique de compter sur ses ressources humaines. Des leaders avec des compétences et des connaissances nouvelles adaptées à notre ère…Et c’est cela qui nous réunit aujourd'hui. C’est la raison pour laquelle nous sommes fiers et heureux de lancer des programmes à l’instar de LeAD Campus ici en France, ou des initiatives comme YALI implémenté par le président Obama. Ces programmes offrent des formations spécifiques qui apportent aux cadres africains des pays émergents, des compétences, des outils et de la méthodologie. Ils sont conçus pour booster la transformation de l’Afrique ; ce qui est primordial dans la recherche de solutions innovantes qui permettront de faire face aux défis actuels et futurs auxquels notre continent est confronté…". Tony O. Elumelu a ensuite expliqué comment sa Fondation, s’essaye modestement mais avec force moyens, de développer la prochaine génération de chefs d'entreprise africains. Elle a engagé 100 millions $ afin d'identifier et nourrir 10.000 entrepreneurs au cours des 10 prochaines années. Il a poursuivi avec le deuxième point dans la liste des besoins incontournables, qui permettront à l'Afrique de réaliser sa transformation économique et sociale. " Il est de plus en plus clair que nous avons autant besoin de dirigeants politiques puissants, que de chefs d'entreprises influents, capables de jouer un rôle dans le développement à long terme de l'Afrique ". Telle est la conception de l’Africapitalisme de Tony O. Elumelu, un appel au secteur privé africain qu’il exhorte à adopter un modèle d'affaires, lequel, à long terme a le double objectif de réaliser : Rendement économique et Richesse sociale. C’est ce modèle qui permettra de résoudre les problèmes liés à la création d’emplois avec un impact tangible sur les conditions de vie d'un nombre important d'Africains. Et Tony O. Elumelu de clore son discours optimisme en ces mots : " un avenir que des millions de personnes méritent ; où nous allons créer des emplois et où les personnes qui souhaitent travailler pourront le faire véritablement ; un avenir à construire où les africains transformeront le cacao en chocolat, et la fibre de coton en tissu vestimentaire ; où tous les africains seront capables de prendre une plus grande responsabilité face à leurs besoins, dans un environnement où nous pourrons nous nourrir et aider à nourrir le monde ". Son rêve pour l'Afrique est largement partagé…mais à quel horizon ?


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements