Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

La République, le peuple et le Kadamoule –Turban


Alwihda Info | Par Abdelkerim Ali Issa Mbodou - 6 Mai 2015 modifié le 6 Mai 2015 - 07:58


Abdelkerim Ali Issa Mbodou – Penseur Tchadien

Il était une fois dans un territoire situé sur un continent isolé de la civilisation, une nation civilisée très puissante d’un autre continent l’a envahi pour forcer ses habitants à évoluer de leur mode de vie primitif qui consistait à vivre de la cueillette, de l’agriculture et de l’élevage pratiqués sous de formes très primitives en étant groupés sous de royaumes, de sultanats, de chef de village, de chef de terre, de chef de guerre, ceux-ci n’avaient pas de médecins, pas d’ingénieurs… ils mourraient de maladie sans pouvoir se soigner proprement. Ils se battaient les uns contre les autres et les plus forts imposaient leurs lois très primitives sur les autres.
Alors, cette puissance leur a imposé ses cultures d’Etat en donnant un nom à leur territoire, ensuite elle leur a proclamé une république, elle leur a écrit une hymne nationale, enfin, elle a déclaré qu’ils sont indépendants. Aussitôt après le départ des colons, les dirigeants de la nouvelle république très « démocratique » ne savaient pas quoi faire de cet héritage très complexe et très avancé à leurs yeux. Ils ont alors commencé à se regrouper par ethnie, par région, par clans comme autrefois, ensuite, ils ont commencé à se battre les uns contre les autres.

Dans leur errance, ils ont fini par décider de reculer au moyen-âge et à l’antiquité pour instaurer des reines, des rois, des chefs féricks, … de « Kadamoule » partout et à tout le monde. Ils ont ainsi officiellement décidé de sortir de la civilisation mondiale pour retourner dans leurs brousses en préservant les symboles hérités en ville. Voilà la naissance de la nation bien aimée qui vit dans l’antiquité et au Moyen-âge. Surtout,… beaucoup d’entre eux luttent avec fierté pour le Kadamoule qui peut être obtenu en rendant bon service au chef bien aimé …. 
Ainsi, la république continue de mener sa vie…..