Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
COMMUNIQUE

La corruption en Centrafrique


Alwihda Info | Par Michel CHANTRY - 30 Septembre 2014 modifié le 30 Septembre 2014 - 00:10


Lors de la réunion hebdomadaire de l'association CPR en date du 28/09/2014, un seul point a été débattu: la corruption en Centrafrique.
 
COMMUNIQUE DE PRESSE CPR DU 28/09/2014
 
Il a fallu attendre l'œil de l'étranger "Jeune Afrique" donc pour sortir un fallacieux communiqué. La seule solution pour la Présidence de la République Centrafricaine est de mettre à la disposition de la presse et du citoyen lambda les circuits de transfert de cet argent, ça s'appelle la transparence démocratique.
 
Les documents concoctés, falsifiés et présentés post-scandale relèvent d'une grossière manipulation. La Banque Mondiale est une banque qui prête de l'argent aux pays avec intérêts, elle n'est pas patronne de la République Centrafricaine. Le FMI (fonds monétaire international) est une institution qui se trouve sous les Etats, donc sous la République Centrafricaine...De quel droit la RCA doit rendre compte essentiellement à ces institutions internationales et pas au peuple centrafricain? Ces mensonges aux FMI et à la Banque Mondiale constituent-ils un gage de sincérité, de transparence dans la gestion de ce qu'il appartient au peuple centrafricain?
 
La presse est plus que jamais bâillonnée, les hommes politiques traditionnellement de l'opposition deviennent complices par leur silence. Une manière de dire que c'est les mêmes qui vont recommencer avec les mêmes méthodes savamment protégées.
 
Le CPR dénonce avec la dernière énergie ce complot qui vise à manipuler, à racketter la communauté internationale et à perpétuer sans vergognes la souffrance du peuple centrafricain. En témoigne le discours de "mou na mbi" (improvisé) de Mme Samba-Panza en marge de l'assemblée générale de l'ONU tenue à New-York du 25 au 27/09/2014.
 
Mme Catherine Samba-Panza et son procureur de la République Ghislain Grézenguet, promptes à délivrer des mandats d'amener contre des journalistes centrafricains sont maintenant dans l'obligation de porter plainte contre le journal "Jeune Afrique". Si cela n'est pas fait, le CPR prendra les résultats de ces enquêtes journalistiques, le "Jeune Afrique" très au sérieux. Des noms sont cités, des dates sont données, les montants sont indiqués, alors le communiqué de Mme Montaigne Antoinette n'apporte pas de réponses à toutes ces questions posées par "Jeune Afrique".
 
La présidente de la République Centrafricaine ne connaît même pas la devise et encore moins l'hymne national de mon pays, la RCA. C'est une équipe de braqueurs installés au pouvoir en Centrafrique.
 
Cette même pratique pire que Bokassa s'est reproduit avec la même Catherine Samba-Panza trimballant 10millions de franc CFA en liquide sur elle pour remettre à son cousin Ambassadeur de Centrafrique au Cameroun le 19/09/2014. La même chose avait été déjà observée lors de son voyage à Bouar quand elle remit de l'argent liquide à son frère Inspecteur d'Académie de la région Nord-Ouest (voir article LES CENTRAFRICAINS PERSISTENT ET SIGNENT LA DECHEANCE DE LEUR PAYS du porte-parole des sans voix du 03/04/2014). A ce niveau de corruption active, le CPR commence à comprendre l'épouvantail autour de Mme Samba-Panza que constitue des soi-disant hommes politiques et qui du même coup privent les centrafricains de parole. Pourquoi les hommes politiques ne prennent-ils pas la parole?
 
Alors Mme Montaigne Antoinette, après votre vaillante prise de position contre la dictature sur des journalistes centrafricains, vous voilà aujourd'hui rattrapée comme votre homonyme Michel Montaigne, écrivain français par "l'impuissance de l'homme à trouver la vérité et la justice". Le CPR considère qu'il s'agit des affaires financières -des noms ont été cités-. Mme Montaigne Antoinette est très mal placée pour pondre lors de son séjour Parisien sur le bord de la Seine un communiqué de camouflage et demande à ce que toute la lumière soit faite.
 
" LES CENTRAFRICAINS PERSISTENT ET SIGNENT LA DECHEANCE DE LEUR PAYS.
 
Voilà Mme Samba-Panza qui a prêté serment avec un couteau de jet, une arme de guerre donc. Un boom-rang. En partant de Mme Samba-Panza qui corrompt à tour de bras les syndicalistes, enseignants et ménagères. Et des syndicalistes qui sont venus la voir pour défendre les intérêts des travailleurs pour finalement repartir tous chargés et joyeux avec des enveloppes garnies de Franc CFA. Et la même Mme Samba-Panza qui est épinglée des médailles fabriquées dans des ateliers clandestins sur la poitrine des non travailleurs. Puisque Michel Am-Nondokro DJOTODIA a prêté serment avec une médaille forgée par un forgeron de KM5, pourquoi Mme Sambâ-Sambâ ferait autrement, c'est à dire s'emmerder à commander des médailles aux normes établies. Je souhaite vivement que ces ateliers clandestins déposent leur License pour que leur production soit valorisée. Voilà comment on crée une industrie.
 
Et de Mme Samba-Panza, cette handicapée intellectuelle et morale qui aurait avec son ministre aux affaires sociales détournées sans la moindre pitié les subventions de l'OMS destinées aux handicapées physiques. Oui ! C'est l'HANDICAP NATIONAL.
 
Et encore la même Mme Samba-Panza qui à Bouar avec le Trésor Public dans ses fesses pour défrayer personnellement le budget alloué à l'Inspection Académique de la Nana-Mambéré, qu'en pensez qu'il y a d'autres Inspections Académiques dans le pays. Toujours le même système de corruption. Les membres du CNT, ces députés nommés en savent quelque chose, puisqu'elle était rentré par là, en leur clouant le bec. De mes informations au près des enseignants avisés, l'Inspecteur Académique de la Nana-Mambéré est dans un sale drap, une mauvaise posture de truands piégés car cette haillon de pourpoint a mis des billets de "gbangbô=500 FCFA soit 0,71centimes € ). Le montant révélé de source digne de foi indique une somme de 7500FCFA. Et tous les enseignants affamés, toutes les concubines de Monsieur l'Inspecteur défilent chez lui. Disons que Mme Samba-Panza a semé la paix ou la pagaille. Souvenez-vous mes chers compatriotes, François BOZIZE, Président de la République jetait des billets de 500FCFA dans Bangui et voyez Mme Samba-Panza distribuée 500FCFA par-ci par-là. Lorsqu'ils n'étaient pas Président, à quels Centrafricains ont-ils donnés 500FCFA? C'est l'argent public Centrafricain, privatisé à des fins personnels.
 
Et de Mme Samba-Panza qui a été longtemps couverte par nos Monseigneur, et ces mêmes Monseigneur qui finalement sont apparus au sommet de GOLGOTHA comme les plus corrompus que le Démon. Pour redorer leur soutane et leur djellaba, qu'ils nous fassent le bilan de leur collaboration -Religieux, Politique -Mafieux dans ce pays qui se veut laïc. Oui "Mamboko ti a Centrafricain a Vourou, mais Köndö a Assâ". Donc observons bien les pieds de ce Monseigneur (Dieudonné NZAPALAINGA), de ce Pasteur(Nicolas GUEREKOYAME GBANGOU)et de cet Imam (Omar KOBINE LAYAMA).
 
Je demande à DIEU, le tout puissant de me permettre de voir comment la boucle sera bouclée.
 
Devant Dieu, je continuerai de prêcher comme l'Archange Michel.
 
Michel CHANTRY, Lyon le 03/04/2014"
 
Dr Félix Yandia, président de l'association CPR, le 28/09/2014
 
http://kangbi-ndara.com/cameroun-malentendu-sur-les-10-millions-de-fcfa-remis-par-catherine-samba-panza/
 
http://www.c-b-m.net/SCANDALE-AU-PALAIS-DE-LA-RENAISSANCE_a41.html
 
http://centrafrique-presse.over-blog.com/2014/09/communique-de-la-presidence-de-la-republique-centrafricaine.html
 
Association CONGRES CENTRAFRICAIN POUR LE PROGRES ET LE RENOUVEAU - CPR , 10 rue Hoche 45200 MONTARGIS (FRANCE) Tél: 00.33.6.60.04.90.27 Email: cpr.association@yahoo.fr (Association loi 1901 à but non lucratif enregistrée sous le numéro W451002630 du 13 août 2014)


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements